Noyades: vaut mieux prévenir que guérir!

L’été s’installe doucement, mais sûrement. Chaque jour qui passe, le thermomètre enregistre un ou deux degrés de plus. Face à cette chaleur, les estivants ont recours aux baignades, que ce soit au bord de la mer, dans une piscine, un étang, une rivière, un barrage et même des canaux d’irrigation. Si ces baignades permettent de se rafraichir, la prudence et la vigilance doivent être de mise, surtout quand on a affaire aux tout petits. Il suffit d’un moment d’inattention pour qu’un drame survienne. Chaque année,ce sont des dizaines de décès par noyade qui sont enregistrés.

Chaque année, et particulièrement lors des vacances scolaires d’été, de très nombreuses familles choisissent des sites où elles peuvent se rafraichir et profiter pleinement des joies et plaisirs de la mer.

Notre littoral long de 3600 Kms offre aux estivants des paysages magnifiques, des plages au sable fin et la possibilité de choisir de se baigner à la mer méditerranée ou l’océan Atlantique, sans oublier bien entendu les piscines, lacs, rivières…

Tôt le matin,ce sont des centaines, voire des milliers d’estivants qui prennent le chemin des différentes plages du royaume (Saidia, Oued Lou, Martil, Cabo négro, M’diq, Tanger, Assilah, Moulay Boussalham, Mohammedia, Zenata, Ain Diab, El Jadida, Agadir …).

Chaque jour, le même spectacle se répète tout au long de l’été. Des jeunes et moins jeunes, des hommes, des femmes et bien entendu des enfants, prennent tous le chemin vers les plages pour se baigner, se rafraichir, bronzer et passer des moments agréables en famille ou entre amis.Malheureusement, il arrive que ces moments de plaisir soient gâchés ou transformés en tragédie par des noyades, à cause d’un manque de vigilance, du non-respect des zones interdites à la baignade.

Les autorités ont beau attirer l’attention des estivants sur les dangers potentiels des baignades en zones interdites, les maitres nageurs ne cessent de rappeler à l’ordre les baigneurs qui s’aventurent loin, la protection civile déploie les drapeaux noirs pour signifier qu’il est dangereux de se baigner quand la mer est houleuse, mais rien n’y fait. Chaque année, durant la saison estivale, la protection civile enregistre des centaines de noyades, ses équipes interviennent pour sauver les nageurs imprudents, mais des dizaines de personnes décèdent par noyade en raison d’un manque de vigilance, du non respect des consignes, surtout dans des zones non surveillées.

Les noyades sont responsables chaque année de plusieurs dizaines de décès accidentels qui touchent tous les âges et les deux sexes.

C’est en mer qu’il y a le plus de victimes, surtout pendant les week-ends où l’affluence des baigneurs est importante et où les moyens humains susceptibles de surveiller les différentes plages sont très insuffisants (près de 400 maitres-nageurs). Les accidents sont nombreux, les maitres nageurs ne chôment pas tout au long de la période estivale ; lls arrivent avec le peu de moyens dont ils disposent à sauver plusieurs personnes d’une mort certaine.

Sur les plages surveillées, les maitres-nageurs interviennent et demandent aux imprudents de faire preuve de vigilance pour eux-mêmes, pour leurs proches, mais également pour toute personne à proximité. Mais souvent, le drame se produit, surtout au moment où on ne s’attend pas à vivre une telle situation. Nous avons tous en mémoire le drame qui a eu lieu à Oued Cherrat en Juin 2015. Un groupe de onze enfants de Benslimane qui pensaient passer une journée mémorable au bord de la mer, sont tous morts par noyade.

Adopter de bonnes attitudes

Pour éviter autant se peut de vivre de telle situation et afin d’éviter tout risque pour soi et pour les autres, il vaut mieux adopter de bonnes attitudes.

Plusieurs mesures sont à prendre en considération. Il faut toujours choisir des zones de baignade surveillées et ne pas hésiter à demander des conseils aux maitres-nageurs présents. Quand on nage en eau de mer ou autre, il faut connaitre ses limites. Il n’est pas question de battre des records, mais l’objectif est de se rafraichir. Pour rentrer dans l’eau, il faut éviter de sauter brusquement, mais procéder toujours à une mise à l’eau progressive.

Après un repas copieux, il faut s’accorder un délai d’au moins 2 heures avant de se mettre à l’eau, en respectant toujours une mise à l’eau progressive. En cas de fatigue, réduire le temps de baignade. Il faut aussi se méfier de l’eau froide et sortir dès les premiers frissons. Il ne faut pas plonger dans une zone dont on ne connait pas les caractéristiques, ne pas nager en direction du large, mais plutôt parallèlement à la plage, faire preuve de prudence et ne pas laisser les enfants sans surveillance.

Des chiffres à connaitre

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 388 000 noyades sont recensées chaque année à l’échelle mondiale. Les enfants et les jeunes adultes sont les plus touchés. Mais personne n’est à l’abri.

En ce qui concerne le Maroc, il est utile de rappeler que de nombreuses personnes sont chaque année, victimes de noyades. Par exemple, pour la saison estivale 2016,près de 7000 personnes ont été sauvées d’une mort certaine et 109 autres ont péri en mer.

Le chiffre est impressionnant bien qu’il concerne l’ensemble du territoire mais ne se concentre que sur les lieux très fréquentés, dont plusieurs sont considérés comme dangereux pour la noyade. De nombreux cas ont été recensés dans plusieurs pages comme celles d’Ain Diab à Casablanca et Mehdia près de Kenitra.

Mais il y a aussi des noyades qui surviennent en eau douce,dans les eaux de retenues des barrages,des oueds, des lacs et les canaux d’irrigations où les jeunes vont se baigner au risque de leur vie.

Selon un bilan dramatique enregistré en 2017, 30 personnes sont mortes dans le bassin du Sebou. Sensibiliser aux risques de noyade dans les retenues de barrages et lacs est le cheval de bataille de Charafat Afailal, secrétaire d’Etat chargée de l’Eau, qui a initié une campagne nationale de sensibilisation aux dangers des baignades dans les retenues des barrages.

Pour des baignades en toute sécurité

La sécurité des enfants nous concerne tous. Trop de noyades ont lieu chaque été et pourraient être évitées si un réel comportement de vigilance était adopté par chacun de nous. Il est vrai que les baignades en mer ne sont pas exemptes de risques, surtout quand il y a beaucoup de jeunes enfants.

Les parents ne savent plus quoi faire, ni comment agir face à un enfant qui ne cesse de vouloir aller à l’eau ; il n’est pas question de vouloir l’initier à la nage quand les vagues menacent.

Dans de telles situations, la piscine est le meilleur endroit pour la baignade car l’eau est calme et propre mais surtout parce qu’elle peut être surveillée dans son intégralité. D’autre part, c’est le seul lieu de baignade qui peut être équipé d’un dispositif de sécurité où il y a en permanence des maitres nageurs qui peuvent aider les parents qui désirent apprendre à nage à leurs enfants.

Dans tous les cas, que l’on soit à la piscine ou au bord de la mer, il ne faut jamais laisser un enfant seul et sans surveillance.Il faut toujours avoir son enfant dans son champ de vision et ne pas se laisser distraire, par exemple par le téléphone ou une autre personne.

Ouardirhi Abdelaziz

Related posts

*

*

Top