PEPS, une start up marocaine comme on les aime…

La startup PEPS (Pour et par le soleil), spécialisée dans la technologie SMO (solaire micro-ondes), a développé un projet pour la valorisation des déchets solides par le biais de la pyrolyse. Elle compte fournir 50% de l’électricité alimentant l’éclairage public de la ville de Marrakech, suite à la signature d’un partenariat pour le projet, dont la première partie a déjà été réalisée.

Selon le créateur de l’entreprise Hamza Baroudi, en partenariat avec la société française NST (Num-Smo-technologies), SMO répond à deux problématiques majeures : «la valorisation des déchets que nous produisons en tant qu’industriels et l’utilisation de l’énergie solaire dans un pays qui dispose de cette ressource en grande quantité».Dans le détail, ce principe permet de réaliser une pyrolyse solaire à très haute température de déchets carbonés et de produire du charbon végétal à hauteur de 66% de sa masse. Il a également l’avantage d’être très peu énergivore, du fait qu’elle utilise une énergie gratuite et propre, une énergie solaire à travers des miroirs de réflexion permettant d’atteindre les 500°C.

En plus du partenariat avec la région de Marrakech-Safi, à l’international PEPS a signé un mémorandum avec Siemens pour développer un modèle complexe de déchets électriques pour l’aider à transformer les déchets ménagers en électricité.

La startup travaille avec des ingénieurs locaux et d’autres basés en Guadeloupe. Elle a construit à Marrakech le premier prototype émanant de cette technologie, suite à une convention avec la région de Marrakech qui a financé son site d’exploitation expérimentale pour tester la technologie en conditions réelles sur de vrais déchets.

PEPS compte désormais s’attaquer à l’Afrique dans le but de fournir l’électricité en pensant à des solutions pour mettre en place des petits réseaux par agglomération et par région sur le continent. Mais son but premier demeure l’obtention de la certification avec le bureau Veritas pour qu’un autre partenariat puisse prendre effet, celui avec Thomas Derichebourg rencontré lors de la COP22, mais également pour pouvoir livrer d’ici 2020 une technologie mature.

Cette année marquera également la participation de la startup à l’exposition universelle de Dubai, durant laquelle elle devra exposer en collaboration avec Siemens une technologie prête au niveau international.  Il faut dire que sans certification, il n’est pas possible d’exploiter la technologie dans le domaine industriel.

Pour son investissement initial l’entreprise a pu avoir une somme de 10 millions de dirhams, via des organismes européens spécialisés dans le financement de l’innovation.

PEPS a également été nommée «meilleure start-up au niveau mondial» à la COP23, par le Global Cleantech Innovation Programme.

Related posts

*

*

Top