Rafik Boubker libéré sous caution, réduction de peine pour «Mi Naïma»

Le service préfectoral de la police judiciaire de Casablanca a ouvert, mardi, une enquête préliminaire, sous la supervision du parquet compétent, pour déterminer les actes criminels attribués à Rafik Boubker qui avait tenu, dans une vidéo, des propos injurieux sur l’Islam et porté atteinte à la sacralité du culte.

Dans un communiqué, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) indique que les services chargés de la veille informatique ont constaté un contenu numérique relayé sur les réseaux sociaux montrant le suspect, qui était dans un état anormal, tenant des propos blasphématoires contre l’Islam et portant atteinte à la sacralité du culte.

Le communiqué ajoute que les services de la Sûreté nationale ont reçu nombre de plaintes de la part de plusieurs citoyens à propos des mêmes actes criminels, ce qui a nécessité l’ouverture d’une enquête judiciaire.

Le mis en cause a été placé en garde à vue, le jour même, à la disposition de l’enquête judiciaire ordonnée par le parquet compétent pour élucider les tenants et aboutissants de ces actes criminels et déterminer les complices ayant filmé ce contenu numérique via des systèmes informatiques.

Notons qu’après l’avoir interrogé, le juge d’Instruction a décidé, dans l’après-midi du mercredi, de poursuivre Rafik Boubker en état de liberté provisoire sous caution de 5000 Dh.

Par ailleurs, dans un contexte similaire, la youtubeuse «Mi Naïma», condamnée à 1 an de prison pour publication de fake news sur le covid-19, a bénéficié d’une réduction de peine. Ainsi, la youtubeuse qui a été arrêtée le 18 mars pour avoir publié une vidéo mettant en doute l’existence du coronavirus pourra retrouver sa liberté le 16 juin prochain.

(MAP)

*

*

Top