Réveil tardif mais mission accomplie par les Lions

Il aura fallu attendre la 66e minute pour que la sélection nationale ouvre le bal face à son adversaire du jour, la Mauritanie, lors du match d’ouverture de la CHAN 2018. Un regain de confiance des joueurs dans leurs capacités s’en est suivi, en témoigne le but magnifique d’Achraf Bencharki. En somme, un premier match qui a atteint ses objectifs: faire le plein de motivation pour le reste de la compétition.

En football comme dans la vie, le premier pas est d’une importance extrême pour la suite du parcours. Et lors du match d’ouverture de la CHAN 2018 les Lions de l’Atlas se devaient, non seulement, de ne pas trébucher, mais d’exposer à l’Afrique l’étendue de leur capacités techniques, ainsi que de montrer au Marocains leur totale motivation pour décrocher ce titre. Cette mission a été dûment accomplie par la sélection marocaine, triomphante par 4-0 de la Mauritanie lors du premier match de la compétition, samedi dernier au complexe sportif Mohammed V à Casablanca.

Loin de minimiser la valeur de l’adversaire, la sélection marocaine a souffert en ce début de match. Le stress imposé par ce match inaugural, au vu du poids de l’enjeu qui pesait sur les épaules des joueurs, s’est fait ressentir durant la première période. Quoique dominateurs des 45 premières minutes d’un match à sens unique, les Lions ont manqué d’efficacité et de réalisme devant les cages, et se sont heurtés à une défense mauritanienne solide et bien mise en place.

Accélérations sur les flancs, ballons en profondeur, dont Hadraf et Haddad ont le secret, ou encore à travers les coups de pied arrêtés, les occasions marocaines se sont multipliées, mais elles n’ont pas été conclues comme il se doit… jusqu’à la 66e minute. A force d’insister, ce qui devait logiquement arriver arriva. Une succession de passes courtes a trouvé son chemin vers le pied gauche d’Ayoub El Kaabi, puis dans les filets. Libérés de la pression du premier match, les nationaux ont joué comme ils savent le faire. Des passes courtes millimétrées, des « une-deux » et des gestes techniques de grande classe, ils ont gratifié les quelque 36.000 supporters réunis au stade pour la bonne cause autour de leurs protégés.

Un bel enchainement a été parfaitement investi par Ismail El Haddad qui loge le ballon sur la droite du gardien Souleimane Jallo (72e). Ce dernier, auteur d’une bonne prestation jusque-là, a succombé encore une fois devant El Kaabi (79e). La cerise a été déposée sur le gâteau par le jeune prodige du WAC Achraf Bencharki qui, quelques minutes après avoir foulé la pelouse, a débordé sur le flanc gauche, a dribblé un Souleimane Jallo à bout de forces et, moyennant une belle pichenette, a envoyé le ballon voler au-dessus du dernier défenseur (92e). Ce match désormais plié, les Lions devront confirmer, mercredi prochain devant la Guinée sur la même pelouse, leur statut de prétendant en force au titre.

Iliasse El Mesnaoui

 

Déclarations d’après-match

Jamal Sellami, sélectionneur du Maroc

«L’équipe mauritanienne comprend d’excellents joueurs qui auraient pu nous faire mal à n’importe quel moment. Gagner le match d’ouverture est toujours important, cependant il nous attend encore cinq matchs difficiles à gagner pour atteindre notre objectif. Nous avons mal entamé ce match. Durant la première période, les joueurs étaient beaucoup plus stressés que d’habitude. Nous avons été patients et attendu le moment opportun pour inscrire ce premier but qui nous a libéré. Les trois points de ce match seront très déterminants pour la suite de l’aventure. Nous devons garder les pieds sur terre, se concerter sur chaque rencontre à part entière et ne pas trop se projeter vers l’avenir».

Martins Corentin, sélectionneur de la Mauritanie 

«Dans le football, il faut toujours être réaliste. J’ai mis en place un système de jeu ultra-défensif pour tenir le plus longtemps possible. J’aurais bien aimé rivaliser avec le Maroc, mais la qualité, la finesse et la vitesse de ses joueurs ont fait la différence. Je n’ai rien à reprocher à mes joueurs, ils ont donné le maximum, ils se sont battus, mais ils ont buté sur une formation bien plus forte et expérimentée».

Top