Saad Eddine El Othmani devant l’AG de l’ONU

Le triptyque sécurité, développement et droits de l’Homme

Le Royaume du Maroc considère, sous l’impulsion de la Vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que le développement du multilatéralisme appelle à accorder une importance cruciale au triptyque Sécurité, Développement et Droits de l’Homme, a souligné, mardi à New York, le Chef du gouvernement, M. Saad Eddine El Othmani, lors du débat général de la 73-ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Si l’année 2018 a été celle de la mise en oeuvre de l’Agenda 2030, adoptée en 2017, elle est aussi l’année de la commémoration de deux dates charnières de notre histoire, dates qui ont constitué, à juste titre, un saut qualitatif de notre action collective et le début de l’affirmation de l’identité de notre organisation sur la base des valeurs humaines universelles communes et la consécration de la paix et la sécurité internationales », a expliqué M. El Othmani, dans une allocution au nom de la délégation marocaine prenant part à cette session.

Elaborant sur la première de ces deux dates charnières, le Chef du gouvernement a salué “la célébration du 70ème anniversaire de la première mission onusienne de maintien de la paix, une occasion qui a mis en exergue la centralité de cet aspect essentiel de l’action des Nations Unies, qui repose sur les principes cardinaux de résolution pacifique des conflits internationaux et régionaux et le respect de la souveraineté des Etats, de leur intégrité territoriale, ainsi que sur leur indépendance politique”.

(…)
Le Souverain, poursuit le Chef du gouvernement, a mis l’accent, dans une lettre adressée au début du mois de septembre courant au Secrétaire général des Nations Unies, sur l’appréciation du Royaume du Maroc de l’initiative de M. Antonio Guterres de tenir une réunion de haut niveau au cours de cette session sur le thème: “Action for Peacekeeping”, ainsi que sur le soutien du Maroc de la Déclaration ayant sanctionné cette réunion importante.

La deuxième date charnière, a-t-il affirmé, consiste en l’adoption par l’Assemblée générale de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, le 10 décembre 1948, “dont nous commémorons aussi cette année le 70ème anniversaire, en réitérant “l’engagement du Maroc à respecter les Droits de l’Homme tel que universellement reconnu (…) et en faire un vecteur de rapprochement entre les peuples dans leur grande diversité, tout en veillant à élaborer une vision responsable des Droits de l’Homme, loin de toute instrumentalisation politique”.

(…)
En droite ligne de cette même conviction, le Maroc s’est engagé avec détermination, conformément aux Hautes Orientations de Sa Majesté le Roi, dans le cadre des efforts internationaux de lutte contre le fléau du terrorisme et les menaces transfrontalières, a rappelé M. El Othmani, notant que, grâce à la renommée internationale de son savoir-faire et expertise, le Maroc, qui assure la co-présidence du GCTF avec les Pays Bas, a été partie prenante dans les efforts de la communauté internationale visant l’élaboration d’approches sécuritaires internationales, régionales et nationales qui évoluent en fonction de ce fléau.

Abordant la question migratoire, il a rappelé que le Souverain, qui a été désigné leader de l’Union africaine sur la question migratoire, avait présenté l’Agenda Africain pour la Migration, adopté par le 31ème Sommet de l’Union africaine, tenu à Addis Abeba, en janvier 2018, ajoutant que le Maroc et l’Allemagne président le Forum mondial de la migration. Ces deux approches africaine et internationale ont permis d’enrichir le contenu du Pacte mondiale sur la migration.

( ;;;) Dans un registre géopolitique africain, le Chef du gouvernement a tenu à rappeler que le Maroc, riche de son ancrage africain, de ses liens historiques et humains ancestraux que le Royaume a en partage avec les pays africains, a tenu à ériger ses relations avec le continent parmi les priorités de sa politique étrangère, dans le cadre d’une vision stratégique et prospective, portée par le leadership de Sa Majesté le Roi.

En tant que membre du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine, le Royaume est animé de la volonté de jouer pleinement son rôle pour asseoir et sauvegarder la paix et la sécurité dans le continent africain, a-t-il indiqué.

Le Chef du gouvernement a souligné, d’autre part, que le conflit artificiel autour du Sahara marocain demeure une cause principle exacerbant la tension dans la région et un handicap face à l’action commune et l’intégration maghrébine, en insistant sur l’urgence de trouver un règlement politique et durable à cette question, dans le cadre d’efforts auxquels l’Algérie se doit de prendre part de manière effective et directe, étant donné sa responsabilité historique et politique.

(…)
Evoquant la question palestinienne, il a fait observer que les menaces qui guettent le Moyen-Orient exigent de trouver une solution juste et durable à la question palestinienne. “Conscient de l’importance de la Ville Sainte d’Al-Qods pour les adeptes des trois religions monothéistes et l’humanité entière, le Royaume du Maroc, dont le Souverain Préside le Comité Al-Qods, refuse toute atteinte au statut historique, juridique et politique de la ville”, a-t-il conclu.

(MAP)

Related posts

*

*

Top