Said Nmili: Le calvaire des habitants de Mzab (Settat) avec l’eau potable

En cette période de canicule, le député Said Nmili, membre du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme à la Chambre des représentants est revenu à la charge pour évoquer pour la énième fois le calvaire des habitants de la région de Mzab dans la province de Settat et d’autres régions similaires (Essaouira, Taounat, etc…) avec le problème de la rareté de l’eau potable, auquel ils sont confrontés.

Réagissant aux réponses du ministre de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, lors de la séance des questions orales du lundi 13 juillet, il lui a exposé encore une fois le problème des chantiers abandonnés par l’Office national de l’eau potable, notamment dans la région de Mzab (province de Settat), qui dispose du barrage de Tamesna mais qui ne profite point aux habitants de cette région. Ce qui contraint les habitants à envoyer très loin leurs enfants rechercher à dos d’ânes ou de mulets quelques bidons d’eau pour leurs besoins quotidiens.

Tous les contacts et démarches entrepris dans ce sens n’ont pas abouti, malgré les promesses répétées des responsables de l’office de l’eau potable de rechercher une solution à ce problème, a-t-il dit, rappelant que les habitants ne cherchent guère de l’eau d’irrigation, mais seulement de l’eau de boisson.

Quant à l’agence du bassin hydraulique dans la région, elle réclame aux habitants le versement de 1000 DH pour un puits, outre les tracasseries administratives en vigueur pour l’obtention d’une autorisation de creusement d’un puits.

M’Barek Tafsi

Étiquettes , , ,

Related posts

*

*

Top