Une nouvelle levée obligataire pour Attijariwafa Bank

L’Autorité marocaine des marchés des capitaux (AMMC) a visé le prospectus relatif à l’émission d’un emprunt obligataire subordonné par Attijariwafa bank.

Le plafond est de 1 milliard de  DH pour une maturité de 7 ans et une prime de risque comprise entre 50 points de base et 70 points de base ainsi qu’un taux fixe ou révisable chaque année. De même, l’AMMC a visé le prospectus relatif à l’émission d’un emprunt obligataire subordonné perpétuel avec mécanisme d’absorption de pertes et d’annulation de paiement des coupons. Son montant est de 1 point de base avec une prime de risque comprise entre 230 points de base et 260 points de base et un taux révisable chaque année ou chaque 10 ans.

La présente émission a pour objectif principal de   renforcer les fonds propres réglementaires actuels et, par conséquent, renforcer le ratio de solvabilité d’Attijariwafa bank , financer le développement organique de la banque au Maroc et à l’international et anticiper les différentes évolutions réglementaires dans les pays de présence.

Pour ce qui est les perspectives, Attijariwafa Bank prévoit au niveau de la banque au Maroc une poursuite de la croissance des encours moyens de crédits, avec des crédits sains à la clientèle en hausse de près de 5%, ainsi que des dépôts à vue en croissance d’environ 5,0% par rapport à 2018. Aussi, le groupe bancaire stipule une légère baisse de la marge nette d’intérêt sur opérations avec la clientèle, la poursuite de la croissance des commissions, la  stabilisation du résultat des opérations de marché; la poursuite de la maîtrise des charges ainsi que  l’amélioration du coût du risque clientèle.

Au niveau de la banque de détail à l’international, Attijariwafa Bank prévoit une croissance modérée des encours moyens de crédits, avec des crédits sains à la clientèle en hausse de près de 8%, ainsi que des dépôts en croissance de près de 7% par rapport à 2018. Cette croissance devrait être accompagnée à  une légère stagnation de la marge nette d’intérêt sur opérations avec la clientèle, une croissance des commissions de 7%, une hausse globale des charges de +6%  et une stagnation du coût du risque clientèle.

De même, le groupe bancaire dessine de nouvelles orientations adoptées, en 2019, au sein de certaines filiales de la Banque de Détail à l’International, dont  l’implémentation du modèle de Banque de Détail au sein d’Attijariwafa bank Egypt. Et, la création d’une entité basée à Abidjan et qui regroupera l’ensemble des participations du groupe au sein de la région UMOA.

Par ailleurs, d’autres éléments supplémentaires pourraient impacter négativement les principaux indicateurs de rentabilité du groupe Attijariwafa bank au titre de l’exercice 2019 notamment la  première application de l’impôt sur la cohésion sociale pour les filiales marocaines faisant partie du périmètre de consolidation, l’’impact des retraitements IFRS de la décote accordée aux salariés dans le cadre de l’augmentation de capital réservée aux salariés réalisée en décembre 2018 ainsi que l’application de l’IFRS 16. Pour rappel, le résultat net part du groupe (RNPG) du premier semestre 2019 a été de 2,9 milliards de DH, en progression de 4,9%. Le pôle banque Maroc, Europe et Offshore demeure le principal contributeur au RNPG du groupe au 30 juin 2019 avec une part de 61%, suivi de la banque de détail à l’international dont la contribution au titre de la même période a atteint 26%.

Ainsi, sur les deux prochains exercices, Attijariwafa bank poursuivra ses objectifs stratégiques, en prévoyant un programme d’investissements de près de 2 305 millions de DH qui s’étale sur la période 2019-2020.

Kaoutar Khennach

Related posts

*

*

Top