Volonté populaire

La volonté du peuple, c’est quoi ? Cette interpellation est ainsi faite car c’est une expression usitée par tous et qui pourrait prêter à confusion dans un débat embryonnaire, lui-même produit dans un champ politique parasité.

La volonté populaire est une détermination qui relève de la plus grande majorité de la population pour devenir une revendication mobilisatrice dont la satisfaction est assurée totalement ou partiellement et à plus ou moins long terme.

La réclamation de l’indépendance et sa réalisation, l’affirmation de la souveraineté nationale, la consolidation de l’intégrité territoriale, l’établissement de la démocratie, le respect des libertés individuelles et des libertés collectives, la considération des droits de la personne humaine, l’observation de l’égalité du genre en tout et par tous, la protection de l’environnement naturel et la durabilité du développement, la juste répartition des richesses, la bonne gouvernance et la justice sociale, l’émancipation de toute aliénation issue de l’exploitation de l’homme par l’homme constituent des formes de la volonté du peuple.

Sur cette base, et quand les «conditions permettant de généraliser l’effectivité de la liberté et de l’égalité des citoyennes et des citoyens, ainsi que de leur participation à la vie politique économique et sociale» sont assurées, «la loi est l’expression suprême de la volonté de la Nation».

La nécessité de concrétiser la volonté du peuple se traduit par la volonté politique. Cette dernière est nécessaire mais non suffisante si elle n’arrive pas à dégager les moyens pour se faire. Dans ce cas, elle s’exprime en discours de plus en plus insistants sans pour autant satisfaire la revendication légitime du peuple.

En s’appuyant sur un rapport de forces qui lui semble favorable, la volonté politique peut dénaturer la volonté populaire en affaiblissant sa raison ou en la dénaturant de son essence. Ce marchandage est fortuit car il ne fait qu’éloigner le peuple de la politique au moment même où «politique» et «peuple» devraient être en synergie pour transformer la société en mieux.

Cela induit des dysfonctionnements, des retards et des déphasages qui deviennent de plus en plus des handicaps au développement humain et à la modernité. Les extrêmes se nourrissent de ce déficit qui érode la confiance du peuple. La méfiance, le sarcasme et l’abstention remplacent l’enthousiasme, le débat démocratique et la participation. L’opportunisme écrase les bonnes volontés. Rien ne va même si tout semble aller mieux. La pratique du «chaulage de la façade» est galvaudée partout où «la caméra fonctionne»… Et c’est le temps, plus tôt qu’il n’a été prévu, qui fait dire aux thuriféraires d’hier qu’aujourd’hui la volonté du peuple a été bafouée. Alors, la volonté du peuple se rétablit encore plus fortement; car rien ne se perd de la résolution populaire et tout se transforme par elle.

*

*

Top