YouTuber, plus qu’un métier, une passion

Ils sont des milliers à se filmer et à partager leurs créations sur le Net. Que ça soit des tutos dans la cuisine, le bricolage, des tests de produits ou de la comédie, les Youtubers sont des artistes polyvalents avant tout.

Être YouTuber n’est pas donné à tout le monde. Plusieurs personnes ont la fausse idée comme quoi il suffit juste d’avoir une caméra et se filmer en train de faire ou de parler de tout et n’importe quoi pour devenir une méga star du Web du jour au lendemain. Un grand nombre de YouTubers ne disposent pas d’équipes pour les aider à réaliser leurs vidéos. Ces derniers expriment leur polyvalence en étant auteurs, producteurs, acteurs, monteurs, community managers, etc.

Il faut savoir que ce métier est avant tout une passion et non pas un moyen de se faire de l’argent facilement. En effet, peu de vidéos sont monétisées sur YouTube. Il faut présenter un travail original, qui générera un nombre important de vues avant de se voir approcher, dans le meilleur des cas, par une marque qui comptera sur l’image du YouTuber pour véhiculer son message et promouvoir son image. Les YouTubers deviennent ainsi des ambassadeurs de la marque en lui associant leur contenu et en le modelant de façon à plaire au public, créant ainsi une relation Win-Win pour tout le monde.

Pour réussir dans cette carrière, il faut être patient, rester soi-même, être proche et prendre compte de l’avis de son public, et présenter un travail cohérent et de bonne qualité.

Afin de mettre plus de lumière sur le sujet, nous avons contacté l’un des nombreux YouTubers marocains, le fameux comédien Amine Radi, 21 ans, dont les vidéos traitant de nombreux sujets du quotidien sont partagés sur les nombreux réseaux sociaux.

Pourquoi avez-vous rejoint YouTube ?

Par besoin tout simplement, parce que j’avais envie de montrer au monde ce que j’avais dans le ventre. Aujourd’hui, grâce à Internet on peut créer notre propre chance, on peut réaliser nos rêves tout seuls, et c’est le public qui juge. Un jour, j’ai pris ma caméra et je me suis dit j’ai envie de devenir acteur comédien humoriste. Dans le monde d’Internet, il n’y pas de piston ou de connaissances : « soit t’as, soit t’as pas ».

Comment votre carrière sur YouTube a-t-elle affecté votre vie ?

Sur Internet il n’y a pas de limites. On crée notre propre univers et notre propre délire dans n’importe quel domaine. Se faire plaisir est le secret de la réussite. Aujourd’hui, grâce à mes vidéos sur Internet, j’ai la chance de jouer sur scène devant des milliers de personnes. Grâce à mes vidéos, j’ai eu une notoriété, des gens qui m’aiment. Et grâce à mes vidéos sur Internet, Gad El Maleh me connaît.

Qu’est-ce qui fait la particularité de ce métier ?

Ce n’est pas un métier, c’est une passion. Pour que ça soit un métier, il faut travailler ; alors que quand je fais ça je ne travaille pas, je me fais plaisir et je kiffe. Je peux rester des heures et des heures en train de répéter un sketch ou un spectacle sans en avoir marre, car j’aime faire ça.

Des conseils à donner aux jeunes qui voudraient marcher sur vos pas ?

Lancez-vous dans ce que vous aimez, il y aura toujours des gens qui vont essayer de vous descendre, mais c’est la vie lalalalala. Fais ce que tu aimes ou #VaDormirVa.

***

Intel sort le grand jeu pour la 5G

Intel Corporation a annoncé, en début de semaine (22 février 2016), l’instauration de plusieurs partenariats avec plusieurs géants des télécommunications, tels Nokia, Verizon, LG Electronics et Ericsson, lors du Mobile World Congress à Barcelone. La compagnie espère, à travers cette démarche, accélérer le développement de la 5G pour les équipements connectés.

Selon Aicha Evans, vice-présidente d’Intel et Directrice générale d’Intel Communication and Devices Group : « le passage à la 5G concerne à la fois l’informatique et les communications, et constitue une transformation majeure pour l’industrie. Il est essentiel de mettre en place, dès maintenant, les fondations des futurs réseaux 5G pour rendre possibles, à terme, des expériences informatiques inédites ».

En effet, avec l’avènement des objets connectés de la vie de tous les jours, notamment les équipements sportifs, les voitures autonomes et le concept des villes intelligentes, Intel rappelle la nécessité de mettre en place des réseaux sans fil 5G performants, en termes de rapidité et d’efficacité. La compagnie présente ainsi des solutions prototypes pour accélérer le développement et le déploiement de la 5G. Intel propose aussi des solutions de communication sans fil concernant un éventail de tablettes, smartphones, équipements connectés et PC.

Ainsi, Intel travaille avec Ericsson sur des solutions 5G en collaboration avec des opérateurs mobiles, et les deux entreprises effectuent des essais communs pour la transformation des réseaux, du cloud, et de l’IoT (Internet des objets).

KT et Intel vont implémenter en 2018 des essais 5G qui permettront de développer, tester et standardiser les technologies 5G avec les équipements associés et les plateformes réseau virtuelles.

LG Electronics est partenaire d’Intel pour le développement et le test des technologies télématique 5G sur les véhicules de nouvelle génération.

Nokia et Intel collaborent sur des technologies de radio 5G et sur la conception de premières solutions réseau permettant l’implémentation des clients mobiles 5G et des infrastructures sans fil. Ils testent aussi l’interopérabilité des technologies radio 5G afin de répondre aux exigences de connectivité des futurs réseaux sans fil.

Cette année, avec SK Telecom, Intel va développer et tester des solutions de réseau et équipement 5G ainsi que des équipements pour le LAA (LicensedAssisted Access) sur les fréquences hors licence.

Verizon et Intel conduisent des tests de solutions 5G à travers le Verizon 5G Technology Forum.

Intel espère voir la 5G contribuer à l’accroissement du nombre d’appareils connectés à travers le monde. La compagnie estime à 50 milliards le nombre d’appareils connectés d’ici 2020.

***

Kiwix, la solution serveur tout en un pour PME/PMI

Thelis vient de s’allier cette semaine avec Casanet pour le lancement de sa solution serveur tout en un pour les PME, Kiwix. Le bureau d’étude belge d’étude en électronique et informatique a passé un accord avec la filiale de Maroc Telecom dans l’objectif de permettre aux PME marocaines de bénéficier des mêmes avantages que les grandes entreprises en termes de services d’hébergement.

L’entreprise belge propose ainsi plusieurs offres, à savoir Kiwix Start, Strat +, Entreprise, Cloud et Netbox. Le produit-phare étant l’offre Kiwix Start disponible à 10.000 DH. Cette dernière est destinée aux PME/PMI nouvellement créées ou en croissance. Elle offre un Kibox entièrement personnalisable à travers une multitude d’applications, notamment un Wifi invité, Kiwix Vidéo-parlophonie, KiwixAnywhere, Kiwix redondance Internet ou encore Kiwix Vidéo-surveillance. L’un des avantages importants étant un Cloud privé permettant d’héberger les données des clients de façon sécurisée dans le Kibox, tout permettant, par ailleurs, d’y avoir accès à tout moment et partout.

Kiwix a été lancée sur le marché il y a un peu plus de 4 ans. Elle est entièrement conçue et fabriquée par THELIS, qui dispose de plus de 26 ans d’expérience dans la conception de solutions technologiques de pointe.

Pour rappel, Kiwix est le fruit du département ICT de Thelis Corporate. Créé en 2010, il a pour mission d’offrir aux PME une plateforme flexible et évolutive pour répondre à leurs besoins informatiques.

Casanet est un fournisseur d’accès à Internet marocain créé en 1995. C’est une filiale de Maroc Telecom, depuis les années 2000. Elle s’impose aujourd’hui parmi les leaders marocains dans le domaine des NTIC. Elle est derrière le portail Internet marocain « Menara.ma ». Maroc Telecom détient 100% du capital de Casane,t depuis 2000. Elle aussi derrière plusieurs autres portails d’entreprises, e-gov et e-services : élections, résultats du bac, portail national, etc.

Abdellah Ouardirhi

*

*

Top