Les pistes de collaboration examinées lors d’entretiens Maroc-Banque mondiale

Enseignement supérieur

Les pistes de collaboration entre le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et le Groupe de la Banque mondiale, pour la promotion de l’enseignement supérieur, ont été au centre d’une rencontre tenu vendredi à Rabat.

Cette réunion au cours de laquelle se sont entretenus le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Saaid Amzazi et le ministre délégué chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Driss Ouaouicha, avec le directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb, Jesko Hentschel et le directeur du bureau Maghreb de la Société financière internationale, Xavier Reille, a été l’occasion d’échanger sur les priorités du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique au Maroc.

Selon un communiqué du ministère, cette rencontre a également permis d’aborder les pistes de collaboration avec le Groupe de la Banque mondiale et leur mise en œuvre, à la lumière des chantiers de réforme du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, tels qu’établis dans la loi-cadre 51.17 relative au système de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique.

Ces entretiens, poursuit la même source, ont également porté sur les options stratégiques à même de relever les défis du secteur qui le rendrait plus efficace, équitable et durable, tout en considérant les meilleures pratiques à l’international.

Intervenant à cette occasion, M. Amzazi a relevé que l’éducation et la formation occupent une place centrale dans le nouveau modèle de développement du Maroc et leur contribution dans la croissance économique et dans le développement humain est indéniable.

« L’enseignement supérieur et la recherche scientifique, à travers notamment la formation et la promotion du capital humain, peuvent stimuler la productivité et la création de valeur et concourir, en conséquence, à l’émergence de pôles économiques et industriels, inclusifs et intégrés, au niveau de toutes les régions du Royaume », a-t-il affirmé, cité par le communiqué.

Pour sa part, M. Ouaouicha s’est félicité de « cette collaboration avec la Banque mondiale pour la promotion de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique au Maroc et de son accompagnement dans la mise en œuvre des différents chantiers de réforme initiés par le Département, touchant particulièrement à la bonne gouvernance, à l’assurance qualité et à la digitalisation, dans un esprit d’équité géographique ».

De son côté, M. Hentschel a indiqué que l’enseignement supérieur constitue le catalyseur du développement économique et social au Maroc, ajoutant qu’ »en droite ligne avec notre engagement pour le renforcement du capital humain au Maroc, le Groupe de la Banque mondiale est disposé à appuyer les réformes tracées par le Département de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour renforcer la performance du secteur et améliorer la transition des jeunes diplômés vers le marché du travail ».

Cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre du renforcement de la coopération entre le ministère et le Groupe de la Banque mondiale, a connu la participation de plusieurs responsables du ministère, ainsi que des experts du groupe de la Banque mondial, conclut le communiqué.

Top