Aziz El Omari, le panier ambulant

Traditions ramadanesques

Saoudi El Amalki

Pendant le mois sacré du Ramadan, les institutions de l’Etat et les acteurs de la société civile s’y mettent dans la synergie afin de distribuer la bonne action, avec à leur tête, le Souverain , à travers la Fondation Mohammed V pour la solidarité.

Dans cet élan de communion, des bénévoles militants, à titre personnel, s’activent, corps et âme, pour porter leur contribution à cette manœuvre humaine pour venir. Une large action collective qui dénote de la dynamique solidaire marquant les multiples composantes de la société marocaine. Parmi ces personnes qui crèvent l’écran en ces moments cruciaux, on citera Aziz El Omari à Agadir.

En toute franchise, ce volontaire dynamique et débonnaire donne l’exemple de citoyenneté exemplaire. Dès le début du mois, il sillonne les rues de la ville et même la campagne, la voiture chargée de denrées alimentaires et s’en va les remettre aux personnes et les familles démunies et les invalides. Il ne cesse de faire le tour de tous les recoins pour distribuer les paniers aux pauvres, en dépit de la chaleur et les pluies tout récemment. En parallèle de ses tournées caritatives, Aziz s’emploie à détecter sur place les infractions et alerter les divers décideurs et collecter le maximum d’informations vérifiées pour en faire état dans ses fameux sites  électroniques « Machahid », version arabe ainsi que «Télégramme», version française.

Pendant toute la journée, Aziz se faufile dans les rues et les quartiers pour prêter mains fortes aux déshéritées et met les bouchées doubles pour la bonne cause. Il s’intéresse plutôt aux personnes déshéritées et handicapées tout en évitant également les mendiants car il estime que ceux-ci, par la plupart, ont déjà leur boulot souvent illicite en quémandent à l’aide des petits enfants innocents. Aziz est fervent combattant qui se hisse en modèle de civisme dont le pays a besoin.

Chapeau très bas à ce brave volontaire qui met l’intérêt public au dessus de toute autre considération! Enfin, Aziz El Omari n’est autre que le directeur du festival Agadir cinéma et migration qui s’érige actuellement parmi les activités prisées sinon la première du cinéma à thème, non seulement au Maroc, mais dans le monde, du moins en Afrique. Un festival qui a fait ses preuves sur tous les plans, même si les conditions d’abriter une telle manifestation de renommée internationale ne sont pas toutes  réunies, faute de salle spécifique à la projection et de soutien suffisant de l’Etat.Aziz mérite tous les éloges et les honneurs pour sa détermination, son dévouement et son abnégation!

Top