Culture et pensée soufies

Un apport fondamental aux enjeux du monde moderne

La culture et la pensée soufies peuvent avoir un apport fondamental aux enjeux du monde moderne, a indiqué, mercredi à Rabat, l’anthropologue et spécialiste du soufisme Faouzi Skali.

« Nourri par sa richesse et les aspects expérientiels propres à sa pratique, ainsi qu’à son énergie de transformation tel un levain de l’humanité, le soufisme est capable d’apporter des réponses fondamentales aux défis actuels, particulièrement ceux liés à l’environnement et au transhumanisme », a expliqué M. Skali dans une déclaration à la MAP à l’occasion de la conférence « La culture et la pensée soufies face aux défis de notre temps: vers l’émergence d’un humanisme spirituel ».

« Avec les avancées technologiques et des moyens de communication ainsi que le modèle de croissance actuel, il est intéressant de se poser la question sur le devenir de l’humanité et la place de la spiritualité qui se dégage du soufisme », a-t-il relevé.

Durant cette conférence qui s’inscrit dans le cadre d’un cycle dédié au « Soufisme, ses textes fondateurs et ses expressions culturelles et historiques », organisé par la Fondation Al MADA à la Villa des arts de Rabat, l’anthropologue s’est attardé sur la perspective du renouveau d’une pensée spirituelle tout en soulevant des interrogations majeures concernant l’Homme et son devenir face aux grands défis du temps moderne. S’attelant sur des concepts devenus « les caricatures d’eux-mêmes et largement remis en cause » dont la croissance continuelle et le capitalisme, M. Skali a signalé que la notion de transhumanisme, présentée comme une voie d’avenir et de progrès inéluctable, « ne s’avérera sans doute, en fin de parcours, que le degré zéro de l’enchantement ou de l’exaltation de la vie ».  Il a de ce fait relevé qu’il est nécessaire d’opter pour une pensée qui prenne essence d’un art de vivre tourné vers l’ouverture à des richesses intangibles et immatérielles de l’humanité, le respect de la diversité des religions et des cultures ainsi que l’association fructueuse entre le savoir et la spiritualité.

« Une spiritualité qui ne viendra pas s’opposer aux acquis de l’humanisme, mais plutôt insuffler une âme en lui redonnant sens et profondeur », a-t-il précisé, ajoutant que la culture soufie peut apporter sa contribution, parmi d’autres spiritualités et sagesses du monde, à « une autre civilisation possible ».  Titulaire d’un doctorat en anthropologie, ethnologie et sciences des religions à Paris VII, Faouzi Skali est professeur d’université, écrivain et spécialiste du soufisme.  Auteur d’une quinzaine d’ouvrages traduits dans plusieurs langues, il est président du Festival de Fès de la culture soufie et a fondé en 1994 le Festival de Fès des musiques sacrées du monde qu’il a dirigé jusqu’à sa vingtième édition, en juin 2014.

Étiquettes
Top