Nabil Benabdallah : un chantre des idéaux patriotiques et démocratiques

Des témoignages  sur le défunt Mohamed Bensaïd Aït Idder

 Des hommes politiques et des acteurs associatifs ont souligné que Feu Mohamed Bensaïd Aït Idder, décédé mardi, était un grand résistant et un patriote par excellence.

Dans des déclarations à la MAP à l’issue des funérailles de Mohamed Bensaïd Aït Idder, mercredi au cimetière Chouhada de Casablanca, en présence de Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid, ils ont rappelé les grandes qualités humaines du regretté et ses contributions politiques singulières.
A cet égard, le Secrétaire général du parti de l’Istiqlal, Nizar Baraka, a souligné qu’il s’agit d’un grand résistant et patriote qui a combattu pour l’indépendance du Maroc et a œuvré pour la consécration de la démocratie et de l’Etat de droit, notant que le défunt a contribué à la défense de l’intégrité territoriale du Royaume et joué un rôle de premier plan dans la création de la Koutla démocratique.
Pour sa part, Nabil Benabdallah, Secrétaire général du Parti du Progrès et du Socialisme, a relevé que le Maroc a perdu l’une de ses grandes figures ayant milité pour l’indépendance et la libération du Maroc, notant que le regretté s’est éteint après un parcours politique national progressiste prolifique et une contribution à l’émergence d’un Maroc démocratique et moderne, outre sa persévérance comme chantre de ces idéaux et sa contribution à l’encadrement des générations futures pour cette fin.
De son côté, Ahmed Belghazi, Secrétaire général du Parti de la Choura et de l’Istiqlal a relevé que le défunt était connu et reconnu pour son militantisme et son combat pour l’indépendance du Maroc, ainsi que ses grandes qualités humaines, outre ses positions confirmant son statut de patriote par excellence.
La députée et ancienne secrétaire générale du parti socialiste unifié, Nabila Mounib a, quant à elle, indiqué que le Maroc a perdu l’un de ses fils vertueux et un grand leader qui a combattu la colonisation, rappelant la lutte du défunt pour le parachèvement de l’intégrité territoriale et l’édification d’un Maroc démocratique ouvert à tous ses fils.
Dans le même sens, le président de la Fondation Mohamed Zerktouni pour la culture et la recherche, Abdelkrim Zerktouni a souligné que le défunt est un grand militant et résistant qui a beaucoup donné au Maroc tout au long de sa vie qui s’est étalé sur près de 100 ans, notant qu’il était toujours un grand défenseur de la justice et des grandes causes nationales.
Quant au frère du défunt, Omar Aït Idder, il a souligné que le regretté était un résistant qui a combattu la colonisation et rendu de louables services à sa patrie, notant qu’il s’agit d’un homme qui appartient à tous les Marocains sans exception et qui a laissé derrière lui un grand héritage politique.

Top