Une voix grande grave et profonde s’est éteinte…

Décès de Abdessadek Benaissa, journaliste phare de Medi1 Radio

Mohamed Nait Youssef

Il est des voix qui nous fascinent, qui nous transcendent, et encore moins: elles habitent notre mémoire auditive. Celle du journaliste et animateur radio feu Abdessadek Benaissa en fait partie. Le paysage médiatique national a perdu, dimanche 26 mai 2024, l’un de ses grands noms et enfants prodiges. Autodidacte. Feu Benaissa a quitté le monde des vivants, à l’âge 63 ans, après une carrière remarquable à la Medi1 Radio, où il a fait ses preuves il y a 43 ans. Journaliste, animateur  radio, l’homme a tout donné à l’antenne: sa voix grave et vibrante, sa jeunesse et sa passion. Talentueux, par le biais de son timbre de voix, le regretté a  su captiver des milliers d’auditeurs en relatant des histoires policières. Créatif. Il fut  le pionnier des émissions consacrées à ce genre, voire à cet art à part entière.

Il est des voix qui nous fascinent, qui nous transcendent, et encore moins: elles habitent notre imaginaire et mémoire auditive. Celle du journaliste feu  Abdessadek Benaissa en fait partie. Passionné. Pour le plaisir des oreilles, il a ainsi animé pendant plus d’une quarantaine d’années des émissions puisées dans les mémoires de l’ancien commissaire de police,  Abdellatif Bouhmouch. Feu Benaissa a donné  voix aux nombreuses histoires qu’il avait écrites en les présentant sous forme des émissions radiophoniques, entre autres, « Moukhtafoun », « Dossiers policiers », « les fugitifs », « les marginaux » pour le grand bonheur du public, des publics.

Conteur magique. Dompteur  doué des mots. Tout y est dans l’art de  l’écriture, le sens du détail et la belle manière de raconter. 

La voix grave et profonde de feu Abdessadek Benaissa a non seulement pénétré dans les foyers, les moyens de transports ou encore  l’emblématiques cafés, elle a, incontestablement, dépassé la méditerranée et marqué l’imaginaire d’une génération, des générations d’auditeurs et d’autrices. Ses histoires, racontées à sa manière singulière et captivante, ont fait rêver les esprits.

La radio a perdu l’une de ses figures emblématiques. Son départ prématuré a créé certes un émoi, mais il laissera sans doute un vide immense dans le milieu médiatique marocain.

Il est des voix qui nous fascinent, qui nous transcendent, et encore moins: elles habitent notre mémoire auditive. Celle du journaliste et animateur radio feu Abdessadek Benaissa en fait partie. Sa voix a parlé à nos aux oreilles.

Top