Helicobacter Pylori : une bactérie fait mal à l’estomac

Dépister pour prévenir les complications

Vous avez surement entendu le mot Hp (abréviation de Helicobacter Pylori) à de multiples reprises que ce soit par votre médecin, un membre de la famille, une émission radio ou télé… sans pour autant cerner le sujet.

Alors qu’est-ce que cette bactérie?

L’Helicobacter Pylori est une bactérie qui a la particularité de pouvoir vivre dans l’estomac, milieu normalement hostile de par sa forte acidité à la survie de n’importe quel organisme microbien. Elle y arrive en exerçant un tamponnage de cet acide grâce à ses sécrétions.

L’histoire de sa découverte remonte à 1982 et elle est assez anecdotique. Warren et Marshall la découvrent accidentellement en cultivant des germes à partir d’estomacs, mais au début la découverte ne fut pas validée. Marshall a du s’auto-inoculer la bactérie pour prouver qu’elle est vraiment en cause de la gastrite. Plus tard en 2005, les deux scientifiques le prix Nobel de Médecine et de Physiologie.

Aujourd’hui nous savons qu’elle est à l’origine de la grande majorité des pathologies gastriques que ce soit la simple gastrite, l’ulcère, et même le cancer de l’estomac. Il est reconnu par le Centre international de recherche sur le cancer comme carcinogène de groupe 1. Il est très intéressant de noter que dans certains cas de lymphome (il s’agit d’un type de cancer de l’estomac de faible agressivité), le traitement de l’Helicobacter Pylori suffit parfois à traiter le cancer.

L’intérêt de cette bactérie revient également à sa forte prévalence, elle touche près de la moitié de la population mondiale mais surtout 70% de la population marocaine.

Comment savoir si l’on porte cette infection?

L’infection s’attrape souvent à l’enfance, par le contact de la salive ou des aliments souillés. Les signes de l’infection à Hp peuvent passer inaperçus, comme ils peuvent se manifester par des difficultés à digérer (dyspepsie), des nausées, des douleurs au niveau de l’estomac, des vomissements parfois et dans les cas d’ulcère de l’estomac ou du duodénum (partie de l’intestin grêle faisant suite à l’estomac) par des vomissements de sang ou des selles de couleur noire. Toutes ces manifestations doivent faire rechercher l’Hp. Il est aussi recommandé de rechercher l’infection si un membre de la famille est ou a été atteint de cancer de l’estomac.

Comment vérifier alors que c’est bien l’Hp qui est derrière ces perturbations?

Quand l’Hp infecte l’estomac, on retrouve sa trace dans le sang à travers les anticorps qu’il engendre, dans les selles, dans l’air que l’on expire à travers le gaz qu’il produit, et bien sûr dans les cellules de l’estomac qu’il infecte principalement. Ce sont donc toutes des possibilités de diagnostiquer cette infection (bilan sanguin, test respiratoire ou analyse des selles), toutefois le seul moyen qui permet en plus devérifier l’état de l’estomac et la présence de complications est la fibroscopie oesogastro duodénale. Il s’agit de l’examen de la partie supérieure du tube digestive à travers une caméra endoscopique réalisée par un gastroentérologue avec ou sans anesthésie, qui permet de visualiser l’aspect interne de l’œsophage, l’estomac et le duodénum et également de réaliser des biopsies des tissus qui mettront en évidence à la fois la bactérie et le degré d’inflammation, la présence d’ulcère, de lésions précancéreuses ou de cancer.

Comment traiter?

Comme pour toute bactérie, le traitement repose sur des antibiotiques. La particularité de l’Hp et son profil de résistance font que nous avons besoin de 2 ou 3 antibiotiques à la fois pour l’éradiquer. C’est important de savoir que les prescriptions actuelles suivent les recommandations européennes, ces dernières sont basées sur des études de résistance et d’efficacité réalisées dans des centres européens concernant ces même populations et adaptés aux souches de Hpprévalent en Europe et leur taux de résistance préalablement mesurés. Beaucoup d’observations laissent penser que les spécificités marocaines sont différentes, le traitement le plus adapté devrait donc être suggéré suite à des études locales.

Dans l’état actuel des choses, une tri-antibiothérapie est utilisée pour éradiquer l’infection, associée à un médicament inhibiteur de pompe à protons (IPP). Une quadrithérapie à base de bismuth est également recommandée mais n’est pas commercialisée au Maroc pour l’instant. En cas d’échec, une nouvelle prescription est réalisée avec différents antibiotiques. Il est important de vérifier l’éradication après la fin du traitement afin d’assurer un bon suivi vu les possibles cas de résistance et de rechute. Les modalités de suivi sont jugées par le gastroentérologue et le contrôle par la fibroscopie est parfois nécessaire.

En comparaison du traitement d’un ulcère gastro-duodénal hémorragique ou d’un cancer de l’estomac, le coût du traitement de l’infection à Hp est amplement justifié. Ceci prend tout son sens dans un pays comme le nôtre ou les considérations économiques et le coût de la santé ne sont pas à négliger. Vu la fréquence d’Hp dans notre population, une sensibilisation à ce sujet est d’une importance primordiale. Des études nationales sur le profil de cette bactérie est nécessaire afin d’instaurer un traitement justifié et adapté aux spécificités locales.

Ouardirhi Abdelaziz

*

*

Top