Société articles

Le PPS au Parlement: Combler les déficits de l’enseignement en milieu rural

Le PPS au Parlement: Combler les déficits de l’enseignement en milieu rural

Le secteur de l’enseignement en milieu rural souffre d’énormes déficits en infrastructure, en personnel enseignant et en encadrement en général comme c’est le cas dans la province d’Essaouira qu’il représente, a affirmé le député Said Idbaâli, membre du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme à la Chambre des représentants. Dans une question orale adressée

Des enseignants contractuels sans salaires

L’année scolaire est presque terminée et des enseignants contractuels, au statut précaire, sont toujours privés de leurs salaires, selon le député Rachid Hammouni, membre du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme à la Chambre des présentant. Répliquant aux propos du ministre de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la

Ftour collectif au siège d’Al Bayane: Un espace de convivialité et de partage

Fidèle à une tradition instaurée depuis quelques années, Bayane SA, entreprise de presse éditrice des quotidiens Al Bayane et Bayane Alyoume a organisé, vendredi dernier à Casablanca, un ftour collectif dans l’enceinte de son mythique siège de la Gironde à Casablanca. La quinzaine de tables dressées à la grande entrée de l’imprimerie du journal, transformée

Feu Abdellah El Gharbi, l’icône de la noble militance

Commémoration du 40e jour de sa disparation Ses amis, ses camarades et ses compagnons de route se rappellent… A l’occasion de la commémoration du 40e jour de la disparation d’Abdellah El Gharbi et à l’initiative du Bureau politique du Parti du progrès et du socialisme (PPS), une cérémonie d’hommage posthume a été organisée, vendredi 8

Technoftour: Comment financer l’entreprenariat innovant?

Organisée récemment par le Technopark de Casablanca, la dixième édition de Technoftour qui a réuni les différents établissements responsables de financement des projets innovants, s’est attaquée à une question cruciale qui revient sans cesse à l’esprit des startupers: comment assurer les moyens financiers nécessaires pour l’entreprenariat innovant? Capitalisant sur le grand succès des précédentes éditions,

Fuite des cerveaux

Les entreprises étrangères, notamment françaises, recrutent massivement les ingénieurs informaticiens marocains, principalement les jeunes porteurs de projets innovants. Souvent, il suffit d’être titulaire d’un diplôme en ingénierie informatique, principalement en méthodes informatiques appliquées à la gestion des entreprises et d’avoir deux ans d’expérience professionnelle pour décrocher un job à l’extérieur. Outre la possibilité de travailler

«Nous avons tous les prérequis pour réussir une révolution entrepreneuriale»

Al Bayane : Pourquoi les établissements bancaires hésitent-ils souvent lorsqu’il s’agit de financement des Start-ups? Amine Hazzaz : Les banques hésitent souvent à financer les entreprises qui sont naissantes à cause d’un manque de garanties et des risques relativement élevés. Pour ces petites structures innovantes, il faut plutôt s’adresser à des Angels Masters, à des réseaux d’investissement

«Notre principal objectif est la création de l’emploi»

Al Bayane : Quel rôle joue le Réseau Entreprendre Maroc en termes d’accompagnement des porteurs de projets, notamment les Start-ups ? Mehdi Laraki : Au niveau de l’association Réseau Entreprendre, nous cherchons des jeunes qui ont l’ADN entrepreneurial, nous rejetons tout ce qui est informel. Nous finançons toute sorte de projets, aussi bien des sociétés qui sont dans

Top