L’Événementiel navigue en eaux troubles

Une pandémie en pleine haute saison

Par Youness Akrim (MAP)

Le secteur de l’événementiel, mis à genoux par la crise sanitaire actuelle, subit de plein fouet les répercussions néfastes d’un arrêt brutal de son activité, qui atteint, en temps normal, son pic juste avant le mois béni du Ramadan.

Les opérateurs du secteur qui nagent dans l’incertitude pâtissent déjà de difficultés de trésorerie et anticipent une baisse conséquente de leur chiffre d’affaires face aux annulations en cascade des événements et manifestations majeurs, en application des mesures de confinement sanitaire.

«Le secteur est à l’arrêt quasi-total. A part quelques opérateurs qui ont été sollicités durant cette crise pour participer à la mise en place de divers aménagements parfois gracieusement, la grande majorité des professionnels de l’événementiel est au chômage», déplore, le président du Groupement Professionnel des Prestataires de l’Evénementiel du Maroc GPPEM, Aziz Bouslamti, dans une interview accordée à la MAP.

La pandémie actuelle, est encore plus sévère, car elle surgit en pleine haute saison pour les professionnels, qui atteignent leur pic d’activité avant début du mois du jeûne. «Le gros de l’événementiel institutionnel, qui représente la grande partie des manifestations, se déroule avant le mois du ramadan, après ramadan et avant le 15 juillet et entre mi-septembre et mi-décembre. Si les prévisions faites au niveau mondial au sujet du Covid-19 s’avèrent justes, l’année sera quasi chômée pour notre secteur», Alerte M. Bouslamti.

A en croire M. Bouslamti, «l’organisation d’un événement sollicite l’hôtellerie, les centres de conférence de tout genre, le transport aérien et terrestre, les loueurs de matériel roulant, les traiteurs, les sociétés de son, image et lumières… tous se réunissent autour des agences événementielles qui s’occupent de la coordination de l’ensemble de ces métiers pour la réussite d’un événement».

Le Groupement qui prend la pleine mesure de la menace planant sur le secteur, n’a pas tardé à réagir pour soutenir ses membres. «Nous avons communiqué à la Fédération du Commerce et des Services les doléances des membres du GPPEM, qui ont été prises en considération par le comité mis en place par la CGEM. Nous informons aussi nos adhérents de toutes les mesures proposées par le Comité de veille économique (CVE) pour soutenir l’entreprise marocaine».

Afin de préparer le secteur de l’Evénementiel pour la période d’après Covid-19, le groupement mène actuellement des réflexions sur les moyens à même d’atténuer les effets de la crise sur le secteur dit «non prioritaire». Une refonte de l’approche commerciale et des modes opératoires des professionnels s’avère primordiale pour préserver la compétitivité du secteur dans une conjoncture économique où les mesures d’austérité regagnent les politiques budgétaires. «Il faut penser à revoir les structures, les investissements et les priorités en termes de management», insiste le président du GPPEM.

Related posts

*

*

Top