Un staff médical en mode commando contre le Covid-19

Entreprise Centre hospitalier préfectoral Moulay Abdellah de Mohammédia

Khalid Darfaf

Dans ces moments ô combien épineux, rien ne semble entamer leur détermination pour affronter l’imprévisible. Le coeur sur la main, tout en étant en première ligne du combat, le staff médical du Centre hospitalier préfectoral Moulay Abdellah, tout en entier, fait montre d’un grand degré de conscientisation des dangers du Covid-19.

Ainsi, le top management de cette structure hospi­talière a pris un certain nombre de mesures SMART en vue de se mettre au diapason des instructions de l’Etat et aux orientations du ministère de la Santé et faire face à la pandémie de manière à ne pas lais­ser la porte ouverte à l’incertitude.

Pour ce faire, la direction de l’hôpital a instauré un plan d’action d’urgence consistant à mettre en place un comité scientifique, contenant toutes les spéciali­tés médicales indispensables pour la prise en charge des cas suspects, à savoir, la réanimation, la méde­cine interne, la pneumologie la cardiologie et la radiologie , explique Fouad Archane, médecin spé­cialiste en santé publique et directeur du CHP Moulay Abdellah. A cela s’ajoute en outre, la consti­tution d’une cellule de crise, dont la mission consiste à relever d’éventuelles défaillances et donner corps aux décisions prises par le comité scienti­fique. Il faut dire que ces mesures ont été accompa­gnées des formations organisées incessamment au sein de l’hôpital au profit de toutes les catégories professionnelles, sans exception, à commencer par les brancardiers.

En termes plus clairs, les forma­tions assurées par des experts, portent le processus devant être adopté pour repousser le risque de contamination, à commencer par la manière avec la quelle ont doit procéder pour porter la combinaison de protection contre le virus. En fait, la formation se base sur l’hygiène hospitalière et la protection du personnel soignant contre la contamination. Il s’agit d’une formation ciblée. Qui plus est, Il existe une autre formation réservée exclusivement aux méde­cins, axée autour du protocole thérapeutique et la prise en charge du patient infecté du virus.

Le confinement, une mesure incontournable

Et ce n’est pas tout, l’équipe médicale de l’hôpital est assistée par un staff de haute qualité de la méde­cine militaire. L’objectif escompté est celui de mettre le doigt sur toutes les failles persistantes, et par conséquent, performer le processus de gestion de risque et doter l’hôpital des moyens nécessaires aussi bien au niveau du management organisation­nel que des ressources humaines indispensables. « La médecine militaire nous sera d’une grande aide, vu qu’il dispose d’une expertise indéniable dans l’administration des risques sanitaires. Bref, il s’agit d’une action collective pour contrecarrer l’épi­démie », note en substance Fouad Archane.

L’hôpital a en plus doté ses structures par une unité d’isolement pour l’admission des cas suspects, un service doté des lits de réanimation pour les patients qui se trouvent dans un état gravissime. Cette étape est précédée par une prise en charge psycholo­gique, assumée par un médecin chargé de triage des patients. Sa véritable mission porte avant tout sur la collection de maximum d’information sur le patients, son entourage immédiat, son séjour à l’étranger ou encore les personnes qu’il a rencon­trées pour pouvoir établir un bilan préliminaire. En deuxième étape, la personne présentant des symp­tômes du virus est évacuée Immédiatement vers l’unité de l’isolement pour qu’elle soit soumise à un examen médical plus minutieux et ce sous la supervision d’un médecin urgentiste. Au cas où le test de dépistage don­nerait un résultat positif, le malade est placé sous contrôle médical intensif.

«Qu’à chaque fois, le test est négatif, ce fut le ouf de soula­gement du corps médical de l’hôpital», indique un infir­mier de l’hôpital. Comme quoi, l’acte médical, à lui seul n’est pas suffisant et la vigi­lance doit être de mise.

Certes, l’Etat a déployé des efforts incommensurables pour maitriser la pandémie, mais les citoyens sont de leurs côtés, appelés à faire montre de civisme pour prévenir le risque tout en respectant les consignes. «Les citoyens doivent savoir que le confinement est une mesure scienti­fique recommandée par les épidémiologues et mis en oeuvre par les autorités publiques. Il s’agit d’une mesure incontournable pour éviter la cata», conclut Fouad Archane.

***

Deux questions à Khalid Fekhar, médecin anesthésiste-réanimateur

«Le confirment ou… la faillite sanitaire»

Qu’en est-il des mesures adoptées pour lutter contre le virus Covid-19

L’hôpital a élaboré un plan d’action en procédant par l’instaura­tion, outre d’une cellule de crise, d’un Comité scientifique qui a déjà fixé ses objectifs, notamment l’élaboration du protocole de soin , la standardisation des prises en charge des patients, l’émis­sion des avis sur d’éventuels cas suspects et la mise en oeuvre des recommandations de la société savante.

Notre travail consiste à donner des séances de formation pour toutes les catégories, soit tous les intervenants dans le processus de prise en charge des patients infectés par le coronavirus. Notre mission s’assigne également de rassurer les clients internes de l’hô­pital quant à leur sécurité tout en les sensibilisant aux procédures à respecter en cas d’intervention.

Qu’est ce que vous conseillez aux citoyens ?

Ce que je recommande aux citoyens c’est de rester chez eux. Le confinement sanitaire est le seul moyen pour aplatir la courbe d l’épidémie.

Les citoyens sont appelés à respecter les mesures de la distanciation sociale. Cela va nous rendre énormément service. On ne peut pas gérer la crise en amont et en aval.

Au cas contraire et s’il y aurait un flux massif des victimes du virus, on serait incapables, avec les ressources humaines qu’on dis­pose, de prendre en charge les autres patients. Un tel cas de figure risque de nous plonger dans une faillite sanitaire.

Related posts

*

*

Top