Hémorroïdes… ou pas!

Un mal fréquent, dont le nom est parfois attribué à tort à des maladies différentes, la maladie hémorroïdaire dérange beaucoup, et vu son aspect particulièrement intime, les consultations sont souvent repoussées.

Les hémorroïdes, c’est quoi ?

Tout le monde a des hémorroïdes, ce sont des structures veineuses normalement présentes au niveau de l’anus et son pourtour. Ce qui est pathologique, c’est lorsque ces dernières sont gonflées, descendantes ou érodées. Cela se manifeste soit par des saignements, soit par une sensation de « boules » dans la région de l’anus, de façon permanente ou juste à l’effort, soit par des douleurs lorsque celles-ci se compliquent de thrombose (c’est la présence d’un caillot de sang au milieu de l’hémorroïde). C’est une maladie tout à fait bénigne, les conséquences sont surtout l’inconfort et en cas de saignements durables ou abondants, la carence en fer et l’anémie.

Que faut-il faire devant ces symptômes ?

Il faut obligatoirement consulter et ne pas s’auto-diagnostiquer et traiter soi-même. La majorité des patients posent le diagnostic de tous les maux en rapport avec la région anale comme étant des hémorroïdes et ne prennent donc pas la peine de consulter un spécialiste. Seul un examen du spécialiste peut confirmer la maladie hémorroïdaire et surtout éliminer un autre problème. Le saignement peut provenir de plusieurs autres maladies dont les tumeurs ou les maladies inflammatoires. Ces dernières nécessitent une prise en charge plus lourde et une surveillance rapprochée. C’est le cas pour les autres symptômes également. C’est pour cela qu’on dit que la maladie hémorroïdaire est un diagnostic d’élimination ; on ne le retient qu’après avoir éliminé toutes les autres causes éventuelles.

Qu’est-ce que l’examen proctologique ?

L’examen proctologique est un examen médical réservé à la région anale, il est réalisé par un gastroentérologue, en cabinet. Il comporte une étape d’inspection pour vérifier la région extérieure, puis l’anuscopie grâce à un petit appareil qui permet de regarder la région interne. Un toucher rectal au doigt est également réalisé. C’est un examen rapide, simple et ne nécessitant en général aucune anesthésie.  Il est obligatoire de réaliser cet examen avant de poser le diagnostic d’hémorroïdes et de prescrire un traitement pour ne pas passer à côté d’une autre cause plus grave.

En fonction des cas, il est parfois nécessaire d’effectuer une coloscopie quand il s’agit de saignement par voie rectale pour éliminer un problème colique et notamment une tumeur, et surtout si l’âge est supérieur à 50 ans.

Les hémorroïdes sont soit externes, complètement visibles à l’extérieur, soit internes ou parfois les deux en même temps. Les hémorroïdes externes sont surtout responsables de gêne et de beaucoup de thromboses, alors que les hémorroïdes internes sont surtout responsables de saignements.

Pourquoi moi ?

Il existe des facteurs qui favorisent l’apparition des hémorroïdes comme l’accouchement, la grossesse, la constipation par leur effet mécanique, la sédentarité, le surpoids et la position assise prolongée également, c’est pour ça que certaines professions sont plus à risque comme les chauffeurs et pilotes. Il existe également une prédisposition familiale, certaines familles en présentent plus que d’autres.

Peut-on guérir ?

Les stades sont différents, la taille et les symptômes aussi. C’est en fonction de tout ça que votre médecin décidera du traitement adéquat. Le traitement peut reposer sur des traitements locaux seulement (pommades et suppositoires) ou parfois sous forme de comprimés qui agissent sur l’inflammation et la tonicité des veines.

Quand les hémorroïdes internes sont responsables de saignements abondants et très récurrents, on peut recourir à des méthodes instrumentales comme de ligaturer les vaisseaux ou les coaguler : une intervention simple et rapide sans anesthésie réalisable en cabinet médical qui permet après quelques séances d’obtenir une maîtrise des hémorragies.

La chirurgie connaît de plus en plus de développement, et les méthodes sont moins mutilantes qu’avant. Elle reste tout de même réservée aux stades avancés que les autres types de traitement ne peuvent pas maîtriser.

Comment ça évolue ?

Des facteurs déclenchants peuvent provoquer des crises de façon intermittente sur une maladie dormante, comme la grossesse ou l’accouchement, la chaleur… mais la maladie évolue favorablement lorsque les mesures thérapeutiques sont mises en place.

Le message qu’il faut retenir

La maladie hémorroïdaire est un diagnostic qui doit être porté par le spécialiste après avoir réalisé un examen proctologique, et non une conclusion portée par soi-même devant un symptôme gênant la région anale. Quel que soit votre cas, un traitement adapté existe en fonction de la sévérité et avoir une meilleure qualité de vie est toujours possible : c’est aussi pour cette raison que l’examen médical est nécessaire. Rappelons toujours la nécessité de consulter devant des saignements rectaux qu’il ne faut pas mettre sous le chapeau des hémorroïdes sans avoir réaliser les bilans adéquats.

Dr Ilham Azghari

Hépato-gastroentérologue

drazghari.gastro@gmail.com

Related posts

Top