Industrie: Accès au financement «normal» pour 81% des patrons

Note sur les résultats trimestriels de l’enquête de conjoncture de BAM

L’accès au financement bancaire a été jugé « normal » par 81% des industriels marocains et «difficile»  par 17% au cours du 4ème trimestre 2020, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Par branche, cet accès a été qualifié de « normal » par la quasi-totalité des entreprises dans la chimie et parachimie et dans l’électrique et électronique, par 75% dans l’agro-alimentaire, 72% dans le textile et cuir et 59% dans la mécanique et métallurgie, précise BAM dans une note sur les résultats trimestriels de l’enquête de conjoncture.

Le coût du crédit a été, quant à lui, en stagnation d’après plus de 80% des industriels. Ce constat reste valable dans l’agro-alimentaire, la chimie et parachimie et l’électrique et électronique. Dans la mécanique et métallurgie, 74% des entreprises indiquent un coût du crédit inchangé par rapport au trimestre précédent et 26% le déclarent en hausse. Les résultats de l’enquête révèlent aussi que la situation de la trésorerie a été jugée « normale » par 55% des industriels et « difficile » par 44%, tandis que les dépenses d’investissement a connu une stagnation selon 51% des industriels.

Climat des affaires «normal» par 49% des industriels

Le climat général des affaires dans l’industrie, au cours du 4ème trimestre 2020, est jugé « normal » selon 49% des entreprises, « favorable » pour 8% et « défavorable » pour 43%, ressort-il des résultats de l’édition trimestrielle de l’enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib (BAM).

Par branche, la proportion d’entreprises, qui estiment que le climat des affaires a été « normal » varie de 26% pour le textile et cuir (TC) à 80% pour l’électrique et électronique (EE), précise BAM. Pour ce qui est de la proportion des industriels ayant jugé « défavorable » le climat des affaires, elle oscille entre 20% pour l’EE et 67% dans le TC.  Les conditions d’approvisionnement ont, de leur côté, été « normales » selon 77% des industriels et « difficiles » pour 21%, fait savoir la même source. Ces conditions ont été « normales » selon 86% des patrons de l’agro-alimentaire, 83% de la chimie et parachimie, 74% de la mécanique et métallurgie, 51% du textile et cuir et 44% de l’électrique et électronique. En revanche, la proportion des entreprises qualifiant les conditions d’approvisionnement de « difficile » varie entre 13% dans l’agro-alimentaire et 56% dans l’électrique et électronique.

Ladite enquête fait également ressortir que le stock des matières premières et demi-produits a été à un niveau normal dans l’ensemble des branches d’activité, tandis que les effectifs employés durant les trois derniers mois ont stagné.  Parallèlement, BAM indique que les coûts unitaires de production ont stagné selon 59% des industriels (79% dans la mécanique et métallurgie, 70% dans l’agro-alimentaire, 67% dans le textile et cuir, 65% dans l’électrique et électronique et 35% dans la chimie et parachimie).

Related posts

*

*

Top