Parution d’un guide des peintures et gravures rupestres

Guelmim-Oued Noun

Un guide des gravures rupestres de la région Guelmim Oued Noun a été récemment publié par la conservation régionale de la culture, en vue de mettre en valeur les sites de peintures et de gravures rupestres dont regorgent les provinces de Guelmim, Tan-Tan, Sidi Ifni et Assa-Zag.

Encadré par Mohamed Hamou, conservateur du patrimoine culturel de la région Guelmim Oued Noun et Nour Eddine Azdidate, inspecteur des monuments historiques et des sites de la région et l’enseignant chercheur à la Faculté des lettres et sciences humaines de l’université Chouaib Doukkali, Abdelhadi Ewague, ce guide présente les résultats de plusieurs années de recherches et d’analyses sur le terrain menées par une équipe spécialisée dans ce domaine pour la préservation de ce patrioine précieux.

Le guide témoigne de l’ouverture des chercheurs de l’université marocaine sur la recherche dans le domaine archéologique lié aux sites des peintures et gravures rupestres, dans l’optique d’accorder un intérêt particulier aux opérations d’inscriptions et de classements des sites de gravures rupestres de la région de Guelmim oued Noun sur la liste du patrimoine national.
Les chercheurs qui ont publié ce guide ont souligné qu’il est dans sa version « préliminaire », tout en mettant l’accent sur l’intérêt scientifique de ce patrimoine qui permettra aux autorités compétentes d’avoir des données complètes et précises sur ce patrimoine archéologique en vue délaborer les bonnes politiques de préservation.

Dans ce contexte, les chercheurs ont noté qu’un certain nombre de sites archéologiques sont en péril, soulignant l’impératif de sauvegarder ces sites, qui relèvent de la responsabilité collective de toutes les parties prenantes, afin de faire de cette richesse un levier de développement durable et un pilier du développement économique local et régional.
Dans cette lignée, ils ont fait savoir que les sites mentionnés dans le guide sont « sélectifs », partant du fait que les levés topographiques des sites archéologiques n’ont pas encore été achevés et la liste des sites inventoriés n’est pas définitive.

De l’avis des chercheurs, les sites sélectionnés dans le guide se situent chronologiquement du néolithique jusqu’à la période contemporaine.
Selon le guide, la région de Guelmim Oued Noun se distingue comme étant la première région du Maroc où les gravures rupestres ont été découvertes (Oudi Sayad dans la province de Guelmim et Tascala dans la province d’Assa Zag).

Plusieurs campagnes de fouilles ont été menées dans cette région depuis 1875 et ont permis d’inventorier 142 sites, dont 12 sites de peintures rupestres et 130 sites de gravures rupestres. Cependant, le guide démontre que ce nombre n’est pas définitif et que les prochaines opérations de fouilles révéleront d’autres sites.

Ce guide iconographique reflète plusieurs thèmes, à savoir des zoomorphes, des anthropomorphes, des formes géométriques, des figurations humaines et des écritures.
De même, les chercheurs ont identifié cinq grandes thématiques d’art rupestre dans la région de Guelmim Oued Noun, à la lumière des fouilles et de recherches menées la dernière décennie.

Selon la répartition géographique, la province d’Assa vient en tête en termes de nombre de sites d’art rupestre avec 70 sites (les affluents d’Oued Draa), ensuite la province de Guelmim avec 55 sites, dont un site à peintures.

En dépit de la rareté de nombre de sites à Sidi Ifni (six sites), ces vestiges ont une importance archéologique, relève le guide.
Quant à la province de Tan-Tan (10 sites), la carte archéologique est encore inachevée et les fouilles de terrain n’ont pas couvert de nombreuses zones, précise la même source.

La conservation régionale du patrimoine culturel et l’Inspection des bâtiments historiques déploient d’énormes efforts, à travers des opérations de fouilles pour faire l’inventaire des sites, dans la perspective de mettre en place une carte archéologique régionale, organiser des campagnes de sensibilisation à même de présenter des dossiers pour classer de nombreux sites d’art rupestre au niveau régional sur la liste du patrimoine national.

Related posts

*

*

Top