C’est le moment d’arrêter…

Pour beaucoup de fumeurs, le jeûne du mois de Ramadan est une occasion pour diminuer la consommation de cigarettes et de minimiser les toxines qui nuisent gravement à leur santé. Pour d’autres, le mois de Ramadan est une occasion idoine pour ne plus fumer une seule cigarette,  une vraie chance pour décrocher définitivement.

4000 substances chimiques toxiques

Se débarrasser définitivement de la cigarette, c’est faire énormément de bien à son corps, c’est éviter de nombreuses maladies, car dans la cigarette que l’on fume il y à plus ou moins 4000 substances chimiques toxiques contenues dans la fumée du tabac . En effet, une fois allumée, la cigarette devient une véritable usine chimique. Des milliers de substances chimiques se forment, dont de très nombreuses substances toxiques, comme des goudrons, des gaz (monoxyde de carbone, oxyde d’azote) et des métaux lourds (cadmium, mercure, plomb, chrome). Fumer peut apporter un certain plaisir, sans doute.

C’est l’effet de la nicotine une fois au niveau du cerveau, elle augmente le niveau de dopamine dans le système nerveux central, ce qui a pour effet de réduire le stress et provoque une sensation de relaxation, de plaisir et pour ressentir le même plaisir, un fumeur devra fumer de plus en plus.

Mais les désagréments qui accompagnent cette habitude sont nombreux. Il y a les petits soucis quotidiens tels que la toux et les odeurs ….

A l’autre bout de l’échelle, il y a également les maladies graves, dont le cancer et les maladies cardiovasculaires.

Prise de conscience personnelle

Avant le début du mois de Ramadan, nombreux sont les accros au tabac (cigarette – chicha – pipe …), qui désirent réellement mettre un terme à leur dépendance au tabac, car ils sont conscients que c’est une habitude nuisible pour leur santé. Pour se faire, ils déploient d’énormes efforts pour vaincre la nicotine, et mettre un terme définitif a la dépendance.

Pour tous ces fumeurs et fumeuses, le jeûne du mois de Ramadan est une occasion idoine pour ne plus fumer une seule cigarette,  une vraie chance qui s’offre à chacun d’eux  pour décrocher définitivement.

Arrêter de fumer est une bonne décision. Vos famille, votre femme, vos enfants et amis vous l’ont sans doute déjà conseillé. C’est ce que nous faisons chaque jour avec nos proches et amis qui continuent de fumer. En outre, il y a les messages d’avertissement imprimés sur les paquets de cigarettes qui rappellent constamment les dangers liés à la consommation de tabac.

Malgré tous ces avis, conseils qui vous veulent du bien, pour que le succès soit au bout du chemin, il est essentiel que vous vouliez réellement arrêter. Grâce à une prise de conscience personnelle des avantages de l’arrêt, vous pourrez mieux accomplir le but fixé et dire adieu à la cigarette.

Sevrage tabagique progressif, ou immédiat ?

Selon les spécialistes, le Ramadan est une occasion propice pour arrêter de fumer. Jeûner tout au long du mois sacré et pendant des journées de jeûne assez longues (16 heures ), constitue pour les fumeurs une réelle opportunité pour abandonner à jamais la cigarette.

En effet, le jeûne réunit les conditions idéales pour un sevrage tabagique progressif et il permet aux fumeurs de se libérer de la dépendance, de retrouver une bonne forme physique et de la vitalité.

Il n’existe pas de protocole standard à respecter parce que la dépendance au tabac diffère d’une personne à une autre mais cela n’empêche de profiter de ce mois sacré et de le considérer comme un programme qui favorise d’arrêter de fumer progressivement.

Il s’agit d’abord et avant toute chose de vouloir arrêter de fumer, il est question de réelle volonté. On conseille souvent au fumeur de diminuer progressivement sa consommation de de tabac, ce qui permettra à son organisme de recevoir moins de nicotine. Mais cette approche a montré ses limites dans bien des cas, et nombreux sont mes amis fumeurs qui s’y sont prêtés, et on tout simplement échoué. Alors quelle méthode est la plus à même d’aider un fumeur a décrocher définitivement ?

Aujourd’hui, une chance s’offre à toutes celles et ceux qui désirent réellement décrocher, et le mois de Ramadan est une occasion idéale, un moment propice pour arrêter de fumer pour de bon.

Il n’y a pas de recette miracle, de méthode efficace à 100 %. Arrêter de fumer demande de la volonté, avoir confiance en soi  et croire en  ce que vous faites. Si vous prenez cette sage et courageuse décision, il est préférable pour vous d’éviter au maximum les fréquentations avec les fumeurs, car les tentations sont grandes, énormes en présence de vos amis qui grillent des cigarettes et dans de telles conditions, la rechute est inévitable.

Conséquences du Tabac sur la santé

Évidemment, la cigarette a un impact important au niveau des poumons. On estime que 85% des cas de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) et de cancer du poumon sont causés par le tabagisme. Environ le tiers des cancers sont dus à la cigarette, parmi lesquels on retrouve :

Le cancer de l’œsophage

Le cancer de la bouche

Le cancer de l’utérus

Le cancer de la vessie

Le cancer de l’estomac

Le cancer du pancréas.

Le tabagisme représente aussi une cause significative de maladies cardiaques. En effet, le risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral (AVC) est grandement augmenté par la cigarette.

Le tabagisme peut également affecter la fertilité. De plus, chez la femme le fait de fumer durant la grossesse peut nuire au fœtus en développement. Par exemple, le risque de prématurité et de nourrisson de faible poids à la naissance est accru.

Les bonnes raisons d’arrêter de fumer

Pour conclure, le jeûne du mois de Ramadan réunit les conditions idéales à un sevrage tabagique réussi.

Pour motiver les candidats à cette résolution, rappelons quelques avantages de l’arrêt du tabac
Se libérer d’une dépendance

Retrouver sa forme physique et sa vitalité;
retrouver le goût des aliments et le plaisir des sensations olfactives

diminuer la fréquence des rhumes et des infections broncho-pulmonaires, pour soi et l’entourage, en particulier les enfants exposés au tabagisme passif; vivre en meilleure santé: après 2 ans de sevrage, le risque d’infarctus du myocarde (crise cardiaque) est redevenu celui d’un non-fumeur, idem après 15 ans pour le risque de cancer du poumon.

Ouardirhi Abdelaziz

*

*

Top