Des tacles forts, et volonté délibérée de faire mal

De l’avis général, les charges non réglementaires contre des joueurs ont marqué le match de la RS Berkane contre le Raja Casablanca, sans que l’arbitrage fasse preuve de prévention ni de sanction.

Dès le début du match, plusieurs fautes gravissimes ont été commises contre les stars du club Casablancais, apparemment perpétrés comme message de peur adressé à l’équipe visiteuse.

Au meilleur des cas, le référé ne siffla que des coups francs ou donna l’avantage sans adresser le moindre avertissement oral, au héros de l’agression volontaire, le sieur Naji pour ne pas le nommer.

C’est plus que l’enthousiasme, du sentiment exhibé de l’appartenance à un club, qui est manifesté.

C’est plus que l’engouement dans la défense de son maillot. Et à force de coups bas et la tacite «complicité» de l’arbitre, cela devient une volonté délibéré de faire peur et mal au risque de commettre des crimes sur un terrain.

Car le fait de blesser, de manière délibérée, un joueur, quelle que soit sa renommée, est un acte qui doit être compris comme un délit, passible pas seulement de sanction de la part de l’arbitre ou de la Fédération de football. Mais du droit pénal ! Comme pour les accidents mortels de la route !

L’on pourrait recourir à la menace pénale pour que la justice, avec ses experts du sport, détermine s’il s’agit d’une réaction (action) normale ou d’une volonté délibérée de faire mal, par des tacles très forts.

Les spectateurs avertis se sont habitués à des «joueurs» qui exagèrent trop dans leur hargne de battre l’adversaire. De loin l’on sent un sentiment de vindicte et de règlement de comptes… voire d’élimination physique d’un joueur jugé dangereux, qui pourrait renverser le résultat du match.

L’on se rappelle, en 1966, la blessure de Pelé par un joueur portugais, en coupe du monde et l’élimination du Brésil… Depuis, le roi du football n’a plus remis ses pieds sur un terrain pour jouer.

Chez nous, un arbitre qui laisse faire sans réagir des joueurs en mal de puissance s’en trouve complice. Qu’on le veuille ou non…
Allez chercher les raisons de cette démission arbitrale!

Mohamed Khalil

Related posts

*

*

Top