Généralisons le port du masque

Pour mettre fin à l’épidémie du covid-19

Au lendemain du la notification du premier cas de coronavirus et plus exactement le 2 Mars 2020, on a tout de suite remarqué que le recours aux masques par les professionnels de santé est devenu spontané et massif. Aujourd’hui, de plus en plus de citoyens ne sortent jamais sans porter un masque. Simple coïncidente ou prise de conscience?

Une bonne mesure à prendre

Il est vrai que chez nous, la grande majorité de nos citoyens regardaient au début de cette épidémie, avec un sourire parfois moqueur, celles et ceux qui portaient un masque dans la rue où dans le tram où centre commercial.

Dans cette histoire de masques, il y a ceux qui ne sont pas pour, car selon eux, porter un masque peut induire en erreur beaucoup de personnes qui auront un faux sentiment de sécurité, et partant cela risque d’inciter certains à ne pas respecter les recommandations de distance sociale recommandée par le ministère de la santé (1 mètre entre deux individus).

Il faut rappeler que le virus se disperse essentiellement par les voies aériennes. Une personne infectée, qu’elle ait ou non des signes d’infection, émet quand elle respire, quand elle parle, tousse ou éternue un petit nuage de microgouttelettes chargées de virus qui vont contaminer les personnes autour, surtout quand elles ne sont pas protégées.

Quoiqu’il en soit, il faut retenir que le port d’un masque est très important, car il vous protège et protège aussi les autres.  Comme dit l’adage : «mieux vaut prévenir que guérir». C’est bien vrai,  et même si le port du masque pouvait seulement réduire un tout petit peu la transmission du virus, ce serait tout de même une bonne mesure à prendre.

L’exemple de Hong Kong

A Hong Kong, il y a plus de 7 millions d’habitants avec une densité de près de 7.000 personnes au mètre carré. Dans ce pays après 3 mois d’épidémie, les autorités coptent 700 cas, et seulement 4 décès liés au coronavirus.

Il y a une différence énorme par rapport aux chiffres auxquels on assiste aujourd’hui en Europe ou en Amérique. A Hon g Kong, il n’y a pas de confinement, mais tout le monde porte un masque, les magasins sont ouverts, les grands centres commerciaux sont ouverts. Il y a une activité normale, sauf que tout le monde porte le masque.

Si l’on compare avec New York,  qui a aussi 8 millions d’habitants et qui enregistre plus de 500 morts par jour, c’est tout simplement dramatique.

Il ne fait aucun doute que le port du masque fait toute la différence.

Il ne fait aucun doute que les mesures barrière actuelles (lavage des mains, périmètre d’un mètre entre les personnes, etc.), que de très nombreux citoyens appliquent et respectent, sont de nature à réduire le risque de contamination, c’est pourquoi nous devons tous continuer à les appliquer. Mais l’on peut raisonnablement penser que le port systématique d’un masque anti-projection réduirait encore plus ce risque et réduirait probablement la durée des mesures de confinement.

Dans tous les cas, il ne tient qu’à nous d’adopter de très bonnes attitudes, car c’est tous unis que nous pourrons vaincre le coronavirus, et c’est sans doute cela qui fait notre véritable force.

Ouardirhi Abdelaziz

Related posts

*

*

Top