La guitare et le quartier en belle complicité!

C’est aujourd’hui jeudi que festival TalgGuit’art d’Agadir entame sa première aventure de la formule festive Guitare/Street. La cérémonie d’ouverture de cette manifestation inédite dans la musique en ville a lieu au typique jardin Olhao et comprend une panoplie de prestations artistiques dont la guitare est le nombril du concert.

L’idée de cette nouvelle trouvaille s’articule, en effet, autour de deux éléments essentiels à savoir l’instrument en question et le quartier. De tout temps, la guitare constitue un compagnon de prédilection des artistes et du grand public. Le quartier incarne la convivialité et la symbiose humaine où évolue la rencontre musicale.

Seulement, le quartier dont on parle à Agadir, n’est pas n’importe lequel. C’est le quartier Talborjt, connu dans la mémoire collective des citoyens comme un espace ayant été construit à la mémoire des sinistrés du tremblement de 1960. Un quartier qui renvoie à une nécrologie vieille de près de six décennies et qui regroupe dans un lieu familial et traditionnel, un contingent d’habitants de l’ancien Agadir. Talborjt représente alors un symbole, une histoire et un espoir pour le redressement, à travers un réaménagement urbanistique et une âme artistique que le festival TalGuit’art tente de ressusciter. La guitare semble être l’instrument le plus indiqué à exprimer la jouvence affective.

Étalée sur trois jours d’affilée, cette activité symbolique et commémorative s’adressera au grand public de la ville et ses invités, en compagnie d’une pléiade de chanteurs et de musiciens, sur trois points de la rue Allal Benabdallah du quartier Talbortjt qui a connu récemment un certain réaménagement piéton. Les citoyens animent le spectacle selon leur goût et côtoient des stars de la musique pop, jazz et autres dans une ambiance de jovialité où la guitare est reine. Des musiciens de renommée mondiale qui viennent de France, de Grande Bretagne, d’Italie, d’Espagne, de Pologne, de Chili, de Colombie…feront vibrer tout le quartier et partant, toute la ville durant la durée du festival.

En parallèle, le public d’Agadir et les visiteurs qui viennent de toutes les banlieues auront également droit à des fresques murales, des expositions animées par des artistes-peintres notamment Abdelaziz Lourhraz et Abdelaziz Oussalh, ainsi que la bande dessinée montée par l’artiste Larbi Babahadi. L’icône artistique amazighe feu Ammouri M’barek sera aussi célébrée à titre posthume pour son apport notoire à la musique et la culture amazighes. Cette première édition du festival TalGuit’art promet donc beaucoup, de par l’originalité et la novation de l’idée fondatrice, de la qualité des vedettes de renom conviées, de la contribution de plusieurs potentialités de la ville autour de l’artiste Said Al Moutia, véritable instigateur de ce beau créneau musical et symbolique.

*

*

Top