Habib Sidinou, un président sobre et altruiste

Le Hassania d’Agadir en conclave

Depuis déjà quelques années, un fervent supporter du Hassania d’Agadir est érigé aux commandes du club. Habib Sidinou, puisque c’est de lui qu’il s’agit, s’assigne cette mission qui s’avère aussi ardue que périlleuse.

La formation soussie en pleine mutation, ne devrait plus se payer le luxe des camper parmi les lanternes rouges du bas du tableau. Les deux titres du début des années 2000 pèsent lourd sur les épaules d’un président aux ambitions manifestes. Au fil des ans, il parvient à garder la cadence d’un club en ébullition et se fraie continuellement une place au soleil, avec des moyens souvent en deçà des aspirations, comparativement aux gros ténors. Jamais le Hassania n’a été aussi régulier et attractif, en termes de qualité de jeu et de complicité cordiale avec ses ultras qui s’enflamment dans les gradins et les déplacements!

Sidinou mène son bonhomme de chemin avec audace et surtout avec un altruisme exemplaire, au cœur des turbulences de certains ingrats ou encore des renégats qui ne cherchent qu’à nuire à l’embellie du club. Il met de sa poche des millions de dirhams pour l’éclosion et la notoriété d’une formation, en si bonne position de leadership dans l’échiquier sportif de la nation.

Il fait montre d’une sobriété et d’une magnanimité hors du commun, lui qui n’aime nullement s’exhiber encore moins se targuer d’avoir réussi dans un parcours parsemé de coups bas. Un homme affable et policé qui force le respect. Mais, quand on lui manque de décence, il s’insurge contre les excès et c’est sans doute, ce qui lui est arrivé, ces tous derniers temps avec le coach limogé.

Certes, cette éviction avait suscité la colère massive du public au point qu’il se manifeste dans les artères de la ville, en demandant la tête de certains dirigeants et surtout la directrice indésirable. Des rumeurs souvent fallacieuses, tel que la lettre envoyée par le Wali de la région, fusent de partout, créant un climat de tension dans le camp du club, surtout avec la reprise de service du successeur de l’entraîneur remercié.

Cependant, le président, la tête sur les épaules et les pieds sur terre, a eu l’idée sage de laisser passer la tempête sans beaucoup de dégâts. Tout auréolé d’avoir pu sortir indemne de cette épreuve à la fois atroce et préjudiciable Sidinou peut s’essouffler et continue à sortir sa barque des zones de mal de mer, à bon port. Hommage à cet homme impassible et imperturbable face aux souffles vacillants des typhons!

Saoudi El Amalki

*

*

Top