La Coronavirus et la santé!

Notre pays ne lâche pas prise. Il poursuit, avec détermination sa lutte acharnée contre le virus dévastateur. Le confinement que les Autorités tentent d’appliquer avec intransigeance, paraît largement respecté aussi bien en milieu urbain que rural, à l’image de cette brave Caïd qui fait actuellement le tour des réseaux sociaux, de par sa pugnacité et son impétuosité de haute charge patriotique.

Tout le monde est mobilisé, chacun de son côté pour vaincre cette calamité. Il y a vraiment lieu de saluer vivement toutes les constituantes de la société marocaine dans cet effort titanesque, déployé avec des moyens limités. Au plan sanitaire, des militants avérés du secteur besognent nuit et jour, pour assurer des conditions particulières aux contaminés, en exposant leur propre vie au péril de contagion. Les services d’ordre, toutes catégories réunies, persévèrent dans l’aire de combat à des heures tardives, en vue de convier les randonneurs à regagner leurs demeures. De même, le comité de veille économique qui regroupe un certain nombre de décideurs, font débiter une série de mesures relatives à l’indemnisation de victimes ayant perdu leur travail, suite aux fermetures d’entreprises et aux suspensions de services.

Certes, ces décisions restrictives génèrent illico un climat de marasme et de dénuement au sein de nombre de franges de la population active. Du jour au lendemain, des travailleurs manuels se trouvent dépourvus de quoi subvenir aux besoins pressants de leurs familles. Il est bien vrai que finalement, des acteurs de la société civile mettent la main à la pâte, en procédant à la collecte des denrées alimentaires, à l’adresse des personnes touchées par les retombées de la catastrophe. Ces gestes solidaires amorcés, depuis quelques jours par des donateurs à gros chèques dont la générosité renfloue le fonds de solidarité créé par le Souverain à cet égard.

Une initiative qui se poursuit et aura, sans doute, des impulsions notoires sur le renforcement du système sanitaire, par le biais de la dotation en infrastructures d’accueil des patients, ainsi que  des laboratoires et des équipements de pointe.

 «On ne devrait guère se payer le luxe de créer  des bombes chimiques, mais d’œuvrer à bâtir des centres de recherche dans les métiers de la santé et à former les médecins pour guérir les malades de Cuba et partout dans le monde», disait feu Fidel Castro, président de ce pays des Antilles. Une petite île des Caraïbes qui a vécu le martyr et été qualifié de «terrorisme» par la puissance militaire mitoyenne.

Mais, grâce à sa militance hors pair et son engagement pour la dignité de son peuple et de son attachement ardent aux vertus de la santé en direction de l’universalité, Cuba se lance à la rescousse des victimes du Coronavirus, comme il l’a déjà fait dans d’autres Nations, tel Haïti. Comme quoi, la santé, est un secteur capital, car, en fin de compte, on ne peut évoluer avec des corps et des esprits malsains.

Le Maroc devrait alors s’en inspirer et s’en aller résolument à relever l’état de sa Santé «malade», sous toutes ses formes. C’est une question qui n’admet point d’atermoiement…

*

*

Top