Les députes du PPS votent avec la Majorité

El Habib El Housseini

Faire des CRI de véritables leviers du développement régional

Le député El Habib El Housseini, membre du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme (GPPS : PPS) à la Chambre des représentants a appelé à faire des Centres régionaux d’investissement (CRI), nouvelle version, de véritables leviers du développement des régions dans l’objectif de réduire les disparités régionales et réaliser davantage de justice spatiale et sociale.

Intervenant lors de l’examen en plénière le 12 décembre courant du projet de loi N°47.18 portant réforme des CRI et création des commissions régionales unifiées d’investissement (CRUI), le député a indiqué que la transformation des CRI en établissements publics devra leur permettre de disposer de nouveaux outils institutionnels et financiers et de se créer des bases modernes de gouvernance. Le projet porte aussi sur la création des CRUI à travers l’intégration de l’ensemble des anciennes commissions régionales, ce qui devra permettre d’écourter la période de traitement des dossiers d’investissement.

Selon le député, les nouvelles dispositions contenues dans le présent projet de loi devront aussi permettre la mise en place d’un tissu économique et social solide et solidaire, à travers notamment le renforcement de l’investissement public et privé tel que prévu dans la nouvelle Charte d’investissement.

Cette action devra aussi avoir pour objectif de mobiliser l’investissement public pour la réalisation de la justice spatiale et régionale, l’amélioration des conditions de vie des citoyens et la création des conditions propices pour attirer l’investissement privé vers les régions enclavées. Cette œuvre devra aussi offrir l’occasion de soutenir les PME pour leur confier des projets à réaliser en particulier en milieu rural.

L’action devra aussi se traduire par la mobilisation des opportunités et du potentiel de l’économie sociale et solidaire dans le but d’associer le plus grand nombre de couches sociales à l’œuvre du développement régional et national, tout en tenant compte de la dimension écologique à travers l’utilisation des énergies renouvelables et le changement des modes de consommation par d’autres plus économes des richesses nationales.

La construction de l’édifice économique et social national requiert en fait un équilibrage véritable entre les exigences du marché intérieur et extérieur pour maitriser l’ouverture, échapper à la dépendance des milieux financiers internationaux et sécuriser l’indépendance économique nationale.

L’édification d’une économie nationale évoluée, fondée sur une entière harmonie entre tous les secteurs de la vie politique, économique et sociale requiert en d’autres mots la consécration et la consolidation des fondements de l’Etat de Droit et le renforcement des institutions en particulier celles chargées de lutter contre l’économie de rente, les privilèges et les monopoles, qui font fi du principe de la concurrence loyale et de l’égalité des chances, qui portent préjudice à l’opération économique dans son ensemble et à la saine pratique politique et qui contribuent enfin de compte à la perte de confiance dans les institutions du pays.

C’est pourquoi, il est indispensable de faire des CRI de véritables leviers du développement des régions du pays dans le but de réduire les disparités spatiales et sociales, a-t-il souligné, précisant que c’est pour toutes ces raisons que le GPPS se prononce en faveur de l’adoption du présent projet de loi.

La Chambre des représentants a en effet adopté à l’unanimité, lors de sa  séance plénière du mercredi 12 décembre le projet de loi 47.18 portant réforme des Centres régionaux d’investissement (CRI) et création des commissions régionales unifiées d’investissement.

Jamal Benchekroun

La bonne gouvernance, clé de réussite de l’AN des équipements généraux

La bonne gouvernance et le respect du principe de la reddition des comptes et de l’évaluation objective de ses activités constitueront la clé de réussite de l’Agence nationale des équipements généraux (ANEG), qui sera créée en vertu du projet de loi No 48.17 en remplacement de la direction des équipements généraux relevant du ministère de l’équipement, des transports, de la logistique et de l’eau, a indiqué le député Jamal Karimi Benchekroun, membre du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme (GPPS : PPS).

Intervenant lors de la séance plénière consacrée à l’examen du projet de loi No 48.17, le député a rappelé que la nouvelle agence sera chargée de la maîtrise d’ouvrage des équipements généraux pour le compte de l’Etat, des collectivités locales et des établissements publics.

Elle sera créée sous la forme d’un établissement public doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière et agissant sous le contrôle de l’Etat. Sa création vise à consacrer les principes de la bonne gouvernance dans la gestion de la chose publique à travers la rationalisation des structures administratives en allégeant la pression sur les départements ministériels et les établissements publics.

Cette agence constituera ainsi le bras droit du gouvernement pour le développement des infrastructures et la valorisation de son patrimoine administratif. Elle sera ainsi chargée de gérer la maintenance des équipements publics à la demande des administrations et des instances citées dans l’article 2 du projet de loi.

La promotion de l’utilisation des matériaux locaux dans la construction des équipements publics fait également partie des missions de la nouvelle agence. Elle devra de même valoriser les résultats des études et des expériences menées à ce sujet et présenter des propositions au gouvernement concernant les normes techniques à même d’améliorer la qualité et garantir la sécurité dans les infrastructures publiques.

C’est pour toutes ces raisons que les députés du PPS voteront en faveur du présent projet de loi, selon le député.

Touria Skalli

Assurer l’avenir des établissements publics privatisés et préserver les droits des travailleurs

La députée Touria Skalli, membre du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme (GPPS : PPS) à la Chambre des représentants a souligné, lors de l’examen du projet de loi N° 91.18 modifiant et complétant la loi N° 39.89 autorisant le transfert d’entreprises publiques au secteur privé, adopté mardi 11 décembre à la majorité lors d’une séance plénière tenue par la Chambre des représentants, la nécessité d’assurer l’avenir des établissements publics privatisés et de préserver les droits de leurs travailleurs.

Sont concernés par la présente la loi la Société d’exploitation de la Centrale thermique de Tahaddart et l’hôtel la Mamounia à Marrakech, opérant respectivement dans les secteurs de l’énergie et de l’hôtellerie.

Intervenant au nom de son groupement parlementaire, la députée s’est interrogée sur le bilan et la valorisation de la privatisation des dizaines d’établissements stratégiques pour l’Etat marocain depuis 25 ans, lesquelles opérations ont généré plus de 100 milliards de Dirhams pour le trésor de l’Etat.

Ou bien la privatisation n’est-elle considérée que comme une mesure de secours «traditionnel» pour renflouer les caisses de l’Etat pour la couverture de la dette ?, a-t-elle dit.

Ne la considère-t-on pas comme une mesure devant contribuer effectivement à l’investissement pour le développement économique et la création des opportunités d’emploi et pour le développement humain ?

Mais quel est l’impact des ces privatisations ?, s’est encore interrogée la députée.

La deuxième question, soulevée par la députée concerne la bonne gouvernance et la gestion démocratique de l’opération de privatisation. Ce qui requiert, selon elle, de garantir à tous les postulants la concurrence loyale.

Quant à la troisième question, a-t-elle ajouté, elle concerne le rôle de l’Etat dans l’opération de privatisation et sa capacité d’accompagner le sort des établissements privatisés.

Quelles sont les mesures prises pour éviter que les scénarii de la SAMIR et d’ICOZ ne se reproduisent plus et qui justifient les craintes du groupement parlementaire du progrès et du socialisme au sujet du sort des milliers des travailleurs, a-t-elle dit.

C’est à l’Etat que revient le rôle de régulation et d’organisation de l’investissement et de la privatisation, a-t-elle souligné, rappelant que c’est au secteur public que revient le rôle central dans l’œuvre du développement du pays en sa qualité d’acteur décisif dans le développement du tissu économique productif.

Tout en réitérant la nécessité d’assurer l’avenir des établissements publics privatisés et de préserver les droits et l’avenir des travailleurs de ces entités, le GPPS vote pour l’adoption du projet de loi 91.18, a-t-elle conclu.

M’Barek Tafsi

Related posts

*

*

Top