Maroc Telecom défie la conjoncture

Malgré la baisse de son chiffre d’affaires, Maroc Telecom résiste à la conjoncture et annonce des bénéfices semestriels de près de 3 milliards de DH. Aussi, le Groupe reste optimiste et confiant pour son activité.

Pour la première moitié de l’année 2017, l’opérateur télécom coté à la Bourse de Casablanca a dégagé un chiffre d’affaires de 17 milliards de DH en baisse de 2,8% par rapport à la même période de l’année précédente. Maroc Telecom explique cette baisse par la libéralisation de la téléphonie sur IP depuis novembre 2016 au Maroc et de la baisse des tarifs de terminaison d’appels au Maroc et dans les filiales subsahariennes. D’ailleurs, au niveau national, le chiffre d’affaires a baissé de plus de 5% pour s’afficher à un niveau de 10,1 milliard de DH. Toutefois, il convient de signaler que les revenus des Services Sortants du Fixe et du Mobile sont en croissance de 2,3%, porté par le succès des offres Haut Débit. En particulier, la Data Fixe a généré un chiffre de 1,3 milliards de DH, en hausse de 10,4% sur la même période de référence.

En dépit de ce contexte contraint, le Groupe Maroc Telecom a pu atteindre ses autres objectifs chiffrés. Ainsi, le résultat opérationnel (EBITA) ajusté consolidé s’établit à 5,3 milliards de DH, en hausse de 0,1% à taux de change constant. Cette hausse est due à la progression de 0,4% de résultat opérationnel avant amortissements (EBITDA) malgré la croissance de 1,9% de la charge d’amortissement consécutive à l’important effort d’investissement réalisé au Maroc et à l’International. La marge d’exploitation progresse de 0,7 point pour atteindre 30,9%. In fine, le résultat net ajusté part du Groupe ressort en hausse de 5,7% à 2,9 milliards de DH, profitant notamment d’une amélioration du résultat financier de 41 millions de DH et d’un écart de change de 250 millions de DH.

Par ailleurs, le premier semestre a été marqué par la finalisation du plan de départs volontaires au Maroc et par des réductions d’effectifs à l’international ayant bénéficié à 1 068 salariés à date, pour un coût global de 620 millions de DH, dont 235 millions de DH en 2017. Le montant total des décaissements liés à ces plans de départ atteint 580 millions de DH au premier semestre, le reliquat devant intervenir au cours du troisième trimestre de l’année en cours. Aussi, les six premiers mois de 2017 ont été marqués par le paiement de 410 millions DH correspondant à la deuxième tranche de la licence globale obtenue en Côte d’Ivoire en mars 2016 pour un montant de 1,6 milliard de DH, et au décaissement de 28 millions de DH au titre de la deuxième et dernière tranche de la licence 3G au Togo. De plus, les comptes du premier semestre 2016 intégraient la cession d’un bien immobilier avec une plus-value de 297 millions de DH (impact cash de 317 millions de DH) et le paiement de la première tranche de la licence 3G au Togo pour un montant de 33 millions de DH.

Commentant cette situation financière, Abdeslam Ahizoune, Président du Directoire, a déclaré que «les résultats financiers de ce premier semestre témoignent du dynamisme du Groupe Maroc Telecom sur l’ensemble de ses marchés. Au Maroc, le succès du Très Haut Débit Mobile et Fixe confirme la pertinence de sa stratégie, basée sur le déploiement de ses infrastructures et leur renforcement pour accompagner la forte accélération des usages. Les filiales africaines continuent de gagner des parts de marché et de soutenir la croissance des résultats du Groupe. Les efforts d’optimisation des coûts se poursuivent et contribuent à améliorer le haut niveau de profitabilité du Groupe, déjà parmi les plus élevés du secteur».

Pour les perspectives, Maroc Telecom précise que dans la mesure où aucun nouvel événement exceptionnel majeur ne viendrait perturber l’activité du Groupe, l’année 2017 devrait connaitre une légère baisse du chiffre d’affaires due aux nouvelles mesures de régulation conjuguée à un EBITDA stable.

Kaoutar Khennach

Related posts

*

*

Top