Messaoud Bouhcine: le confinement sanitaire a mis à nu le secteur culturel et artistique

Mohamed Nait Youssef

Rien ne va plus dans le domaine artistique national touché par la crise due au Coronavirus. Ainsi, dès le début du confinement sanitaire, le Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques a appelé le gouvernement et le ministère de la tutelle à prendre des mesures afin de surmonter cette situation difficile dans laquelle vivent plusieurs professionnels du secteur artistique et culturel.

A vrai dire, ce constat alarmant a mis à nu ce domaine fragile où de nombreux artistes se sont retournés vers le secteur informel pour bénéficier de l’aide de l’Etat.

«Il semble en effet que les cris des artistes qui sont dans de mauvais drapes en ces temps de crise sanitaire mondiale tombent dans l’oreille d’un sourd. Incontestablement, cette réalité ô combien amère et difficile…donne froid dans le dos. C’est inadmissible et honteux même de recevoir une telle réponse, en ces temps-ci, de ceux qui ont souffert du silence radio, de l’attentisme sans aucune discision sérieuse et efficace prise par les responsables afin de répondre aux revendications du Syndicat.

Cette situation et attente inexplicables ont poussé bel et bien certains artistes à se retourner vers le secteur informel pour en bénéficier de l’aide. En vain !», écrivait Messaoud Bouhcine, président du Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques, sur sa page face book. Et d’ajouter : «Beaucoup de personnes m’ont envoyé cette photo qui interpelle à plus d’un titre.

C’est vraiment désolant et regrettable que le Corona met à nu la réalité de l’artiste qui n’a pas pu trouver une place dans le secteur informel. Il faut le rappeler, tout y est dans la constitution… et un article regèlera la situation mais personne n’a bougé le petit doigt».

Par ailleurs, le président du Syndicat a appelé a donné à la culture la place qui lui est due notamment en ces temps difficiles. «C’est malheureux quand on voit tous les gouvernements du monde entier bouger pour protéger  leurs  cultures et ses artistes, tandis que notre gouvernement et ministère de la tutelle croisent les bras et nous regardent d’en haut.

Il faut toujours le rappeler, la culture et les artistes sont les dernières préoccupations de certains décideurs dont le populisme a ravagé leurs cerveaux.  Il faut sauver aujourd’hui plus que jamais nos artistes et notre culture. En attendant… mais l’attente se fait longue !», a-t-il rappelé.

Related posts

*

*

Top