Robert Allen Zimmerman, l’invité surprise

Aucun chanteur n’a déjà suscité autant de polémique et de controverse qu’un certain Robert Allen Zimmerman, plus connu sous le pseudonyme de Bob Dylan, car après plus d’un demi-siècle d’une carrière musicale exceptionnelle, il a été le premier chanteur a recevoir le Prix Nobel de Littérature à l’instar de ces grands  hommes et femmes de Lettres que l’Académie Suédoise a canonisés depuis 1901  et qui eurent pour noms Thomas Mann, Albert Camus, Samuel Beckett, Gabriel Garcia Marquez ou encore Doris Lessing. Une distinction amplement méritée «pour avoir créé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine de nouveaux modes d’expression poétique», selon les attentes de l’Académie, mais un prix «de complaisance»… selon d’autres

Mais qui est Bob Dylan, au juste ?

Né le 24 Mai 1941 à Duluth dans le Minnesota, Bob Dylan, de son vrai nom Robert Allen Zimmerman, est un auteur-compositeur-interprète, musicien, peintre et poète devenu, au fil des ans, une des plus importantes figures emblématiques de la musique populaire américaine. Certains de ses textes comme «Blowing in the wind» ou «The times they are a changing» sont encore sur toutes les lèvres après avoir été, à leur époque – durant les années soixante du siècle dernier – de véritables hymnes anti-guerre au plus fort de la guerre du Viet Nam alors que d’autres comme «Like a rolling stone», «The ballad of a thin man», «All along the watchtower», «Masters of war» ou encore «Gates of Eden»  ont fait incontestablement de Bob Dylan chroniqueur émérite informel des troubles américains.
Chanteur prolifique, son album-studio «Modern Times» a occupé dès sa sortie en 2006 la première place dans le classement Billboard et a été désigné «Album de l’année» par le magazine Rolling Stone alors que son créateur avait déjà atteint l’âge très honorable de 65 ans.

Autant dire que jeune adolescent révolté ou septuagénaire plutôt assagi, l’homme a toujours attiré l’attention de ses contemporains et occupé le devant de la scène par sa musique, ses textes, sa manière de chanter et son timbre de voix très particulier. Autant de raisons qui, en Octobre dernier, ont poussé les membres de l’Académie suédoise à porter leur choix dans «une grande cohésion» sur un homme qui «s’inscrit dans une longue tradition qui remonte à William Blake» dira Sara Danius, la Secrétaire Perpétuelle de la prestigieuse académie. Et cette dernière de poursuivre en reconnaissant que Bob Dylan «est extrêmement doué pour la rime… (et)…qu’il peut marier de façon absolument novatrice des musiques de genres différents et des textes de genres différents».

Or, bien qu’ayant été informé en Octobre dernier de la décision prise par l’Académie Suédoise de lui remettre le Prix Nobel de Littérature 2016, Bob Dylan qui n’ignore pas qu’un grand nombre de ses contemporains conteste cette décision, a longtemps hésité avant d’accepter de faire le déplacement jusqu’à Stockholm. Ainsi, ce n’est qu’après plus de six mois d’incertitude et de controverses et moult hésitations, que, le samedi 1er Avril 2017, Bob Dylan est venu jusqu’à Stockholm pour prendre possession de son prix, du diplôme, de la médaille en or et du chèque de 8 millions de couronnes (838.000 Euros) qui l’accompagnent  exigeant, toutefois, que cette remise se fasse lors d’une rencontre à huis clos en présence des seuls académiciens qui l’ont distingué pour ses textes poétiques.
« L’humeur était bonne. Du champagne a été bu » a confié Madame Sara Danius après la cérémonie avant d’ajouter que le récipiendaire est resté un long moment les yeux rivés sur la médaille la tournant dans tous les sens et admirant en particulier «son revers magnifiquement ouvragé» sur lequel apparaît un jeune homme assis sous un laurier et écoutant des muses…

Longue vie au poète-troubadour qui a fait chanter, danser et rêver cinq générations d’individus!

Nabil Bousaadi

Top