Rwanda : du génocide au CHAN…

L’organisation du championnat d’Afrique de football des joueurs locaux à l’aube de l’année 2016 sur le sol du Rwanda se déroule dans les meilleures conditions qui soient. On dirait que ce pays, appartenant à la région instable des Grands Lacs, n’avait pas souffert des guerres intestines opposant les peuples de l’Afrique centrale (Zaïre, Ouganda, Burundi… ) depuis leur indépendance et dont les foyers ne sont pas toujours éteints.

Le Rwanda est en train d’honorer sa mission, vingt deux ans donc après le terrible génocide de 1994 qui a meurtri ce pays où cohabitent difficilement deux ethnies «Tutsis et Hutus», ce qui a précipité des milliers de morts enregistrés dans leurs rangs.

«Le génocide, c’est la chanson des Rwandais puisque les guerriers tuaient en riant…»

Le génocide fut d’une grande ampleur. Ce fut vraiment le désastre, le surgissement d’un temps sans lendemain pour différentes couches sociales pourchassées, martyrisées, torturées, suppliciées, emportées et assassinées, seulement pour avoir revendiqué leurs droits élémentaires, leur liberté de penser ou même leur droit à une vie saine… A tel point que les responsables de ce massacre de masse continuent à être traduits devant la justice à travers le monde, depuis lors et jusqu’au dernier exemple en date du décembre 2015.

Aujourd’hui, une nouvelle ère s’ouvre au Rwanda grâce surtout à une situation politique stable qui qualifie bien le pays des Grands Lacs pour accueillir différents rendez-vous internationaux dont le sport et le football en particulier. Le CHAN 2016 en est le meilleur exemple.

En effet, la Confédération africaine de football qui lui a attribué l’organisation de ce CHAN 2016 entre le 16 janvier et le 7 février, a vu juste.

Tout a été bien préparé pour accueillir ce rendez-vous comme a fait savoir les responsables de la Fédération rwandaise de football et du comité local d’organisation.

Accueillir cette compétition de haut niveau constitue un grand honneur pour ce pays rwandais en voie de développement. Près de 20 millions d’euros (quelque 16 milliards de francs rwandais), ont été dépensés pour les différents travaux d’infrastructure et frais d’organisation, pour abriter ce CHAN.

Les seize sélections africaines engagées sont bien accueillies et jouent dans des stades ayant connus d’importantes rénovations, à Kigali la capitale, où se trouve la sélection du Maroc, et dans les autres villes, Huye du Sud et Rubavu de l’Ouest…

Pratiquement tout était à refaire, des pelouses aux vestiaires, en passant par les gradins dans des terrains devenus praticables et homologués conformément aux normes des compétitions internationales.

Le public est aussi là avec des supporters enthousiastes qu’on trouve ici et là surtout ceux épaulant la sélection des « Guêpes » en kinyarwanda, la langue nationale du pays des Grands Lacs. Mais les prix des billets sont plus ou moins chers. Les tarifs varient entre 60 centimes et 24,50 euros, (soit 500 à 20 000 francs rwandais) pour assister aux matches.

Ce n’est surtout pas un handicap pour les supporters du Rwanda où le niveau de vie est moyen dans l’ensemble. Le Rwanda n’est pas un pays pauvre, il est un pays qui fait son autonomie, un pays qui est à l’aise économiquement grâce surtout à l’agriculture. C’est sa force qui lui permet de rester dans les gothas du continent ayant les moyens d’inscrire leur nom au sein des pays organisateurs de grandes manifestations footballistiques.

En somme, le Rwanda est entrain de confirmer son mérite d’aller sur les traces des grands pays africains ayant organisé différentes compétitions continentales dont la CAN et aujourd’hui le CHAN qui est à sa quatrième édition.

Après donc la Côte d’Ivoire qui a eu l’honneur d’accueillir le CHAN lors de ce lancement en 2009, le Soudan en 2011 et l’Afrique du Sud en 2014, le Rwanda entre en ligne, non seulement pour justifier son mérite de prendre en conclave les participants à cette compétition, organisée tous les deux ans, mais aussi et surtout d’aller plus loin dans l’espoir de s’imposer sur terrain et chiper la vedette aux géants de l’Afrique.

Les « Guêpes » rwandais ont annoncé la couleur en ouverture grâce à une précieuse victoire de (1-0) au détriment des Eléphants ivoiriens donnés parmi les favoris, avant de récidiver face aux Panthères gabonais (2-1), lors du second match du premier tour. Ce qui a permis au Rwanda d’être le premier qualifie au second tour de leur CHAN.

Le Maroc, lui, qui a fait match nul (0-0) contre le Gabon et qui a rencontré la Côte d’Ivoire, mercredi, lors sa seconde sortie, garde espoir pour accompagner le Rwanda.

Espérons que le 3e match du groupe A entre le Rwanda et le Maroc soit formel comme le veut, l’entraineur des Lions de l’Atlas, M’hamed Fakhir.

Ce sera un honneur pour le football marocain mais aussi pour celui du Rwanda qui a déjà remporté la palme de l’organisation…

Rachid Lebchir

*

*

Top