Slovaquie: Important coup de fil anti-corruption

Vainqueur des élections législatives du 29 Février dernier et pressenti pour être le futur Premier ministre de Slovaquie, Igor Matovic est en train de mettre sur pied une coalition gouvernementale regroupant quatre formations politiques ayant fait de l’éradication de la corruption qui gangrène le pays leur cheval de bataille.

C’est dans ce cadre que mercredi dernier, au petit matin, la NAKA, police slovaque, a déclenché une opération anti-corruption de grande envergure au terme de laquelle une vingtaine de personnes furent arrêtées et conduites, par un groupe d’agents des forces de l’ordre lourdement armés, à Nitra, au Sud-Ouest du pays.

La Télévision Marzika et le quotidien Dennik N ont fait savoir que parmi les personnes interpellées et soupçonnées de corruption, d’abus de pouvoir et d’obstruction à la justice figurent un ancien juge, treize juges en exercice, un avocat et deux fonctionnaires civils, tous travaillant au Tribunal de Bratislava et ayant pris des décisions judiciaires illégales mais favorables à Marian Kocner, un homme d’affaire véreux, en contrepartie de pots-de-vin.

Toutes ces personnes ont été arrêtées sur la base de témoignages mais également suite aux communications qu’elles entretenaient avec l’intéressé, un entrepreneur à succès et un homme d’affaire slovaque tellement puissant qu’il exerçait un contrôle sans pareil sur l’ensemble de la sphère politico-judiciaire du pays.

Les plus connues d’entre elles sont Jarmila Urbancova, la vice-présidente de la Cour Suprême, Monika Jankovska, cette ancienne secrétaire d’Etat au ministère de la Justice qui, en Août dernier, avait été contrainte de démissionner après la divulgation d’une correspondance qu’elle avait entretenue avec Marian Kocner ainsi que les juges Denisa Cvikova, Zuzana Maruniakova et Andrea Haitova.

Dans cette belle galerie figure aussi un illustre personnage ; à savoir Vladimir Sklenka, le Vice-Président du Tribunal I de Bratislava qui reste un personnage-clé dans ce dossier. Ayant été en contact avec Marian Kocner via une messagerie cryptée, il lui est reproché d’avoir fait disparaître des documents qui incriminaient l’homme d’affaire, pris des décisions en sa faveur et même d’avoir exercé des pressions sur d’autres juges pour qu’ils se mettent du côté de Kocner en contrepartie de très importantes rétributions.

Pour rappel, en Février 2018, Marian Kocner avait été accusé du meurtre du journaliste d’investigation Jan Kuciak au moment même où il enquêtait sur le système de corruption que l’homme d’affaire avait mis en place et sur l’emprise qu’il exerçait sur certains dirigeants politiques. Emprisonné depuis Octobre 2018, Marian Kocner a été condamné en Février dernier à dix-huit années d’emprisonnement après son inculpation dans une sombre affaire de fraude portant sur de faux billets à ordre lors d’un procès qui avait débuté en Janvier.

Est-ce à dire que onze mois après l’élection de Zuzanna Caputova à la tête de la Slovaquie, la victoire aux législatives du 29 Février dernier d’Igor Matovic et de son Mouvement des gens ordinaires et des personnalités indépendantes (OLaNO) qui a fait de l’éradication de la corruption et de la lutte contre la mafia le fer de lance de sa politique est venue donner un nouveau souffle démocratique et un nouveau visage au pays ? Attendons pour voir….

Nabil El Bousaadi

*

*

Top