A Votre plus proche convenance Excellence …

La géologie structurale détermine la géographie qui, elle, impose un voisinage immuable à notre échelle. Si à la contigüité géographique s’ajoutent d’autres considérations concernant la population, l’histoire, la langue, la religion, la culture …etc., le voisinage induit plus qu’un partenariat stratégique et privilégié ; une perspective d’intégration. « L’invincible espoir » du Grand Maghreb persiste malgré l’impasse dans laquelle il se trouve eu égard à la contingence actuelle.Le voisinage du Royaume du Maroc ne peut rester hostile à la bonne gestion de ce « bien commun ».

C’est ce qui ressort du discours du trône prononcé par Sa Majesté le Roi à l’occasion du vingt-deuxième anniversaire de son intronisation. « Plus que deux nations voisines, le Maroc et l’Algérie sont deux pays jumeaux qui se complètent. ».

A chacun d’assumer sa responsabilité, aujourd’hui plus qu’hier, pour faire sortir cette relation de l’ornière dans laquelle elle se trouve et « œuvrer de concert et sans conditions à l’établissement de relations bilatérales fondées sur la confiance, le dialogue et le bon voisinage. ».

Les préjugés ne peuvent persister avec la bonne foi que le temps révélateur n’a cessé de mettre en exergue. L’échange doit dépasser l’admonition pour effacer le contentieux dans un esprit de fraternité et de « communauté du destin ».

Les propos déchaînés, les titres excessifs dans la presse ne peuvent remplacer la main tendue et la bienveillance du discours. Ils ne font qu’extorquer la sagesse et le discernement nécessaires à la construction de l’avenir commun inéluctable. Moins que des arguments et ne constituant aucune proposition dans le sens de l’histoire, ils demeurent l’expression d’une itération décousue des évènements, beaucoup plus en relation avec des allégations qui ne font que « susciter les tensions médiatiques et diplomatiques qui agitent les relations entre le Maroc et l’Algérie … (et qui) nuisent à l’image des deux pays et laissent une impression négative, notamment dans les enceintes internationales. ».

Il s’agit tout d’abord de « prendre des initiatives en toute sincérité et d’être à l’écoute de toutes les bonnes volontés, pour rétablir des relations normales entre le Maroc et l’Algérie ».L’intégration régionale dans le cadre du Grand Maghreb se développera autant que l’ouverture politique et le développement des relations socioéconomiques entre les deux états « siamois » se fera. Cela se fera malgré l’inertie intéressée des voisins du Nord et anciens colonisateurs.

Faut-il rappeler qu’en face, sur la rive septentrionale de la Méditerranée occidentale, l’Union Européenne cherche à se convaincre des bénéfices du voisinage « fondé sur une intégration économique accrue, des relations politiques et culturelles plus intenses, une coopération transfrontalière renforcée et une prévention conjointe des conflits… ». Elle le légitime après plusieurs négociations où les calculs égocentriques ne sont pas absents. Le paradoxe est ainsi dans cette situation où les conditions du « bon voisinage » sont plus que favorables et il se trouve contré alors qu’il est recherché là où elles sont limitées à des intérêts réciproques. Devra-t-on brader la géographie et l’histoire pour rester les ennemis intimes « au grand dam de nos deux peuples et des liens d’affection et de fraternité qui les unissent ».

Un message de paix, de fraternité, de coopération et de bon voisinage qui, tôt ou tard, ne peut que trouver son écho auprès de nos voisins. A votre plus proche convenance Excellence, soyez le Bienvenu ! 

Top