Botola: pour une véritable nouvelle saison

Comme annoncé, le démarrage de la nouvelle saison du championnat national de football est attendu à partir du vendredi prochain. Il se fera logiquement, à huis-clos, pour cause de la pandémie de Coronavirus qui est toujours parmi nous.

La Botola continuera sans public à l’instar des matches disputés depuis pas moins de 8 mois et plus précisément depuis le 2 mars dernier, date de l’apparition du premier cas de Covid-19 au Maroc. La Botola contrainte de reprendre ses droits avec des gradins vides, lors des 10 dernières journées, et à l’instar de toutes les compétitions internationales dans le monde entier, sera donc toujours orpheline de son public.

Mais un prochain retour des supporters dans les stades reste possible comme a fait savoir le président de la Fédération royale marocaine de football, Fouzi Lekjaa. «Cela dépendra bien sûr de la situation sanitaire des semaines à venir avec davantage de patience pour que le retour des supporters sur les gradins soient dans les meilleures conditions», a fait savoir le patron de la FRMF.

En attendant, il faut que le chemin soit bien tracé pour une véritable reprise de la nouvelle saison. La boite fédérale qui tiendra ses assises bientôt, simultanément avec le démarrage de la saison et en compagnie de son instance de la Ligue chargée de la gouvernance de la Botola et appelée notamment à mettre fin à la double fonction de son président, devra bien se pencher sur les bases saines d’une véritable relance de la compétition et du football national en général.

Autrement dit, il ne faut absolument pas que l’ordinaire continue de régner au sein d’une Botola dite professionnelle. Il faut mettre un terme avec les mauvais comportements ayant entaché les récentes saisons dont notamment les dérapages  de l’année écoulée sur plusieurs niveaux de l’arbitrage scandaleux, la programmation ne respectant pas le principe de l’égalité des chances entre les clubs… pour ne citer que ces deux volets là.

Cette saison, la boite fédérale compte rectifier le tir avec le recours à un nouveau choix d’une grande marque d’une société étrangère qui sera chargée de la programmation des matches de la Botola. Espérons que cela puisse bien régler les choses même si notre Botola n’a besoin, en réalité, que de capacités locales ayant la bonne conscience professionnelle de traiter tous les clubs sur les mêmes pieds d’égalité et non pas servir les affaires des uns au détriment des autres.

D’autre part, notre Botola continue de souffrir de plusieurs autres problèmes relevant des statuts de ses composantes dont les contrats d’entraineurs, les recrutements des joueurs à gauche et à droite… sans parler d’une bonne partie des clubs vivant dans de grandes difficultés financières. Il suffit de rappeler que le champion du Maroc reçoit seulement une prime misère de 3 millions de dirhams… à un moment où l’argent du foot est bien là avec des milliards et des milliards estimés dans les caisses de la fédération mais dont une somme colossale est gaspillée pour les sélections nationales sans réaliser les résultats escomptés.

Ce ne sont là que certains exemples sur notre Botola qui reste techniquement bon dans l’ensemble avec des clubs qui se battent corps et âme pour animer les débats et faire l’essentiel. Cela même si le champion du Maroc de la saison écoulée, en l’occurrence le Raja, n’a pu totaliser en somme que 60 points, soit le 2 tiers sur les 90 possibles des 30 matches à disputer. Certes le suspense a prévalu jusqu’au bout, jusqu’aux dernières minutes de la dernière journée pour que le Raja puisse arracher le titre au détriment des deux clubs complétant le podium le WAC (2e avec 59 pts) et la RSB (3e/57 pts). Mais le club des Verts avait bien les moyens de renflouer son compte avec un nombre plus élevé de points sans les erreurs des arbitres si on ne veut pas dire leur alignement et leur comportement scandaleux ayant faussé le sort de pas moins de 5 à 6 matches du Raja  qui méritait bien le sacre et qui a été récompensé, en fin de compte, par la justice et la clémence de Dieu.

Espérons qu’on ne voit plus de telles injustices et que les choses se déroulent dans les meilleures conditions lors de la nouvelle saison au grand bonheur des clubs qui sont toujours là pour confirmer leur mérite. A commencer par le Raja appelé à défendre son titre, le WAC qui doit s’estimer heureux d’avoir terminé en vice-champion et qui souhaite récupérer le temps perdu ainsi que la RSB qui a déjà réalisé l’essentiel en achevant en beauté de la 3e place du podium…

Le trio Raja-WAC-RSB est donné en premier lieu parmi les grands favoris de la nouvelle saison en compagnie d’autres clubs ayant terminé dans la première moitié du classement général de la Botola dont le FUS, le MCO ou l’AS FAR qui souhaite renouer avec un nouveau sacre lui faisant défaut depuis plusieurs années.

Cela sans oublier d’autres clubs tels le HUSA, le DHJ, l’OCS … ou encore le MAS et le SCCM qui sont de retour chez la Division des grands et qui vont faire de leurs mieux, ne serait-ce que pour animer une Botola toujours à la recherche de son top niveau et de son véritable professionnalisme…

Que les dirigeants et les hommes puissants du foot national soient à la hauteur…

Related posts

*

*

Top