«Lkeddid», une tradition héritée pour la conservation de la viande

Aid Al-Adha à Casablanca

Par Nour-Eddine Hazmi (MAP)

De nombreuses familles marocaines à Casablanca veillent à préparer «Lkeddid» (viande séchée) pour manifester leur attachement aux traditions transmises de génération en génération afin de conserver la viande de la fête de Aid Al-Adha et l’utiliser dans la préparation de plats traditionnels délicieux et variés présentés lors de nombreuses occasions.

«Lkeddid» est préparé à partir de viande coupée en fines tranches en y ajoutant du sel, des épices et de l’huile, puis exposée au soleil pour être séchée, conservée et consommée une fois prête.

A l’instar d’autres régions du Royaume, les femmes de la capitale économique maintiennent les traditions profondément enracinées dans l’histoire, notamment la préparation de «Lkeddid» suivant une méthode traditionnelle pour pouvoir le consommer tout au long de l’année.

Ces traditions concernant notamment la préparation de ce genre de mets sont toujours ancrées dans la mémoire collective en dépit des différentes mutations sociales et économiques.

Si ces traditions diffèrent d’une région à l’autre, notamment entre les milieux urbain et rural, les familles casablancaises œuvrent d’arrache-pied en vue de préserver cette tradition voire la perpétuer, et c’est pour cette raison que de nombreuses femmes transmettent aux jeunes générations la manière de préparation de «Lkeddid», le but étant de préserver cette tradition ancestrale.

La viande «Lkeddid» sert notamment à préparer le couscous à l’occasion de la fête d’Achoura surtout par les habitants des zones rurales qui sont toujours attachés à ces traditions.

C’est ce qu’a indiqué Aicha (femme au foyer) dans une déclaration à la MAP, précisant qu’à l’instar d’autres marocaines, elle prépare «Lkeddid» à l’occasion de Aid Al-Adha afin que la méthode de préparation de la viande séchée ne tombe pas dans l’oubli.

Concernant la préparation de cet aliment, elle a indiqué que la viande du mouton est coupée en fines tranches dans les jours qui suivent Aid Al-Adha en y ajoutant des épices avant d’être séchée.

Mme Aicha a également rappelé que la préparation de «Lkeddid» est une méthode ancienne destinée à conserver la viande pour une longue période, en particulier dans les zones reculées où les habitants manquent d’électricité et de matériel de réfrigération.

Pour sa part, Fatima (mère de famille) a donné des précisions sur la manière de préparer «Lkeddid» qui consiste à mélanger les portions de viande en y ajoutant du sel avant de les laisser une journée entière, précisant que cette opération est répétée plusieurs jours en ajoutant l’huile, la coriandre, le poivre, le gingembre et l’ail, le tout mélangé et laissé sécher pendant une demi-journée avant d’être exposée au soleil au moins trois jours.

Mme Fatima a ajouté qu’après avoir atteint la phase finale et que la viande devienne complètement séchée et prête à la consommation, elle est mise dans des boites en plastique, puis placée au réfrigérateur pour la conservation.

Lors de Aid Al-Adha, les familles marocaines célèbrent chacune à sa manière les traditions propres à la fête. Certaines s’adaptent à l’évolution du temps à travers la conservation de la viande dans les réfrigérateurs, et d’autres s’attachent toujours aux anciennes traditions, notamment par sa conservation et sa transformation en «Lkeddid». La leçon à en retenir consiste à s’attacher aux traditions authentiques et à l’irrésistible plaisir de déguster cette viande séchée.

Étiquettes ,

Related posts

*

*

Top