12e édition des Jeux Africains: Le Maroc tient son pari

Ce fut un véritable challenge qu’a su relever le Maroc. En fait, huit mois seulement, ont suffi pour le Royaume à être à la hauteur des attentes des athlètes du Continent pour la mise en place des infrastructures sportives en vue de l’organisation de la 12e édition des Jeux Africains et  qui se tiendra du 19 au 31 août prochain.

Lors de la conférence de presse, ayant eu lieu jeudi 15 juillet à Rabat, Rachid Talbi Alami, ministre de la Jeunesse et des sports,  a tenu de mettre l’accent sur les multiples  dimensions relatives à l’organisation de l’une des plus grandes messes sportives africaines. Il s’agit, en premier lieu, de la dimension politique, après le retour du Royaume du Maroc au sein de sa famille institutionnelle africaine. Autre nouveauté d’une importance cruciale, c’est que cette édition sera différente aux éditions précédentes, a souligné le chef du département de tutelle, en faisant savoir que 17 disciplines seront inscrites parmi les compétitions qualificatives aux prochains Jeux Olympiques  qui se tiendront à Tokyo en 2020. Il s’agit, en fait, de la nation, le tennis, l’athlétisme, le judo, l’escrime, les sports équestres, entre autres.

D’ailleurs, pour le président du Comité d’organisation des Jeux Africains (COJAR), le Maroc a tout à gagner en acceptant d’organiser cette édition, a-t-il déclaré avec insistance et ce en se dotant des équipements et infrastructures sportives les plus modernes, conformes aux standards internationaux. De tels moyens,  vont certainement constituer un atout majeur  pour le développement du sport national, a-t-il poursuivi.  Tout en saluant le professionnalisme dont a fait preuve le comité d’organisation et l’ensemble des organisateurs, Rachid Talbi Alami a fait savoir que ce rendez-vous continental va connaitre la participation de 12 milles personnes dont 6500 athlètes sans omettre la mobilisation de 2000 volontiers et 1500 officiels ainsi que la présence de 500 journalistes qui seront chargés de la couverture de cet bel événement.

De son côté, Joao Manuel da Costa Alegre Afonso, vice-président des Comité nationaux olympiques africains (CNOA), s’est félicité de la rigueur et du  professionnalisme des organisateurs, indiquant que le Maroc a réussi à remplir parfaitement son contrat en entreprenant un travail colossal dans un temps record. Le responsable de l’ACNOA s’est dit impressionné par la qualité des infrastructures mobilisées à cette occasion, en indiquant dans ce sens que le Maroc a relevé la barre plus haut et qu’il est certain que cette édition sera l’une des meilleures durant toute l’histoire des Jeux Africains.

Même son de cloche chez Ahmed Nasser, président de l’Union des confédérations sportives africaines (UCSA) qui a salué les efforts consentis pour les organisateurs indiquant que le Maroc qui fut considéré comme un «bateau de sauvetage», après le désistement de la Guinée équatoriale, a réussi avec brio à tenir le pari.

Sur un autre registre, Abdellatif Oubad, Directeur général du Comité d’organisation, a souligné que l’enjeu principal pour cette édition, consiste à promouvoir le sport de haut niveau et encourager les échanges culturels entre les Etats membres de l’UA. Et ce n’est pas tout ! Ces jeux vont, de surcroit, «permettre aux jeunes des 54 Etats membres de l’IUA à développer l’esprit communautaire nécessaire et l’intégration régionale», a-t-il noté en substance. Le conférencier, a par ailleurs, présenté les sites sur lesquels seront organisés les jeux, situés dans cinq villes du Royaume, notamment Rabat, Témara, Casablanca, El Jadida, Mohammedia et Benslimane.

Notons au final, le comité d’organisation a présenté  la mascotte des 12èmes Jeux africains, incarnant le «Lion de l’Atlas», alors que Barid Al-Maghrib a émis deux timbres-postes dédiés à cette compétition.

Khalid Darfaf

Related posts

*

*

Top