1972: un premier tour sans victoire et sans défaite pour les Lions

Le Maroc s’apprête à assurer sa 17e participation en Coupe d’Afrique des Nations à l’occasion de la 32e édition de la CAN 2019 prévue en Egypte en été prochain. Cap sur les participations du Maroc à travers l’histoire, après avoir raté les premières éditions de cette compétition créée en 1957.

En 1972, le Maroc se qualifie pour la première fois de son histoire aux phases finales de la CAN. Une qualification méritée pour la sélection nationale qui venait juste d’accomplir une belle aventure en Coupe du Monde 1970 au Mexique. Une première également pour le Royaume qui était le second pays africain de l’histoire à se qualifier pour un Mondial, après l’Egypte qui réalisa cet exploit en  1934, mais sans pour autant participer à un tournoi préliminaire du Continent.

C’était donc pratiquement avec la même formation du Mondial mexicain que le Maroc aborda les éliminatoires de la CAN 1972 organisée au Cameroun. Après avoir barré la route à l’Algérie lors du 1er tour des éliminatoires, le Maroc continua sur sa lancée pour composter son premier billet de cette CAN au détriment de l’Egypte (Victoire en aller 3-0 et défaite au retour 3-2).

Mais lors des phases finales de cette CAN, l’équipe du Maroc se contenta malheureusement du simple premier tour. Le Onze national fut éliminé avec les honneurs sans concéder aucune défaite, mais n’avait pourtant réalisé aucune victoire. L’équipe du Maroc était donc contrainte de quitter la compétition avec les honneurs après trois matches nuls respectivement contre le Congo, le Soudan et le Zaïre sur le même score d’un but partout.

C’est Ahmed Faras qui avait inscrit les 3 réalisations de ses coéquipiers qui ont pourtant terminé 2e ex-æquo avec le Congo (3 points chacun) de leur groupe. Mais le Maroc fut éliminé suite au tirage au sort, au grand bonheur du Congo qualifié en compagnie du Zaïre qui occupa la première place du groupe avec 4 points.

Le Maroc quitta la CAN avec de beaux souvenirs de cette édition remportée par le Congo vainqueur du Mali en finale (3-2). Le Cameroun avait complété le podium devant le Zaïre classé  4e. N’ayant rien à envier à ce quatuor, le Maroc disposait de l’une des meilleures sélections de l’époque, avec le capitaine Ahmed Faras qui n’était d’ailleurs devancé que de deux réalisations par le Malien Fantamady Keita, auteur de 5 buts. Ce dernier avait le bénéfice de disputer tous les matches de la compétition alors que Faras n’en avait joué que 3 dans l’ensemble.

C’était une belle aventure  en phase finale d’une CAN pour les Lions de l’Atlas menés par le duo Faras-Acila du Chabab Mohammedi, l’une des grandes équipes de la Botola à l’époque, mais aussi Abdellah, Khalifa et Mustapha des FAR, Boujemaâ du KAC Kénitra, Wazir et Maâroufi (Difaâ d’El Jadida), Tazi (Moghreb de Fès), Najah (Raja Beni Mellal), Bouali (RAC), les gardiens Allal Benkassou (FAR) et Hamide Hazzaz (MAS)… ainsi que tant d’autres qui furent des purs produits des clubs du championnat national.

Tous évoluaient sous la direction technique d’un entraîneur national, notamment Abderrahmane Bel Mahjoub. Une première pour le royaume, pour cette phase finale à Douala.

C’était vraiment l’âge d’or du football marocain et la sélection nationale avait bel et bien sa place à l’échelon international. Cela, même si le Maroc allait boycotter la CAN 1974 en signe de protestation contre l’arbitrage scandaleux, avant de revenir en force par la suite pour se qualifier et remporter la CAN 1976 en Ethiopie.

Rachid Lebchir

Related posts

*

*

Top