1978: Après la gloire, la tempête

Le Maroc s’apprête à assurer sa 17e participation en Coupe d’Afrique des Nations à l’occasion de la 32e édition de la CAN 2019 prévue en Egypte en été prochain. Cap sur les participations du Maroc à cette compétition à travers l’histoire, depuis sa création en 1957.

Si la CAN 1976 en Ethiopie fut la meilleure pour les Lions de l’Atlas, sacrés champions d’Afrique pour la première fois de leur histoire, celle de 1978 reste l’une des éditions à oublier pour le Maroc. La sélection nationale fut éliminée au premier tour de cette CAN organisée au Ghana comme lors de la première participation en 1972 au Cameroun alors qu’en 1970, le Maroc fut tout simplement absent lors de la phase finale au Soudan en se contentant des tours préliminaires après avoir raté plusieurs rendez-vous durant plus d’une décennie.

Durant la CAN 1978, l’équipe nationale engagée seulement aux éliminatoires était pourtant dirigée par le même sélectionneur, le Roumain Gheorghe Virgil Mărdărescu, ayant contribué aux moments de gloire de 1976, mais avec une sélection plus ou moins remaniée.

Toujours menés par le capitaine d’équipe Ahmed Faras, aux côtés de ses coéquipiers de la précédente édition dont Tazi, Smiri, Baba, Cherif, Ahardan et tant d’autres… les Lions commencèrent la phase de groupes par un match nul (1-1) avant de battre le Congo (1-0). Acila, buteur du Maroc lors de ces deux matches, n’était pas chanceux lors de la 3e sortie perdue sur un score sévère de (3-0) face à l’Ouganda.

L’équipe nationale, auteur donc d’une seule victoire, d’une défaite et d’un nul, termina la compétition en 3e position de son groupe avec 3 points derrière la Tunisie et l’Ouganda, ex-aequo en première place, alors que le Congo fermait la marche (1 pt).

En demi-finales, l’Ouganda avait battu le Nigeria (2-1), tandis que la Tunisie avait subi la loi du Ghana (1-0).  Le match de classement se termina sur un nul entre la Tunisie et le Nigeria qui avait l’avantage de terminer sur le podium. En finale, le Ghana avait dominé l’Ouganda sur le score net de (2-0).

La CAN 1978 tourna, malheureusement, le dos au Maroc. Ce fut un coup sévère pour les Lions de l’Atlas qui disposaient de l’une des plus belles ossatures de ce rendez-vous continental en compagnie du Ghana,  Ouganda et Nigeria, mais aussi de la Tunisie avec laquelle le Maroc n’arrivait guère à se départager. Il suffit de rappeler que le match nul de la CAN 1978 fut le 3e en une année après les 2 autres nuls ayant sanctionné les sorties des deux pays maghrébins aux éliminatoires de la Coupe du Monde de cette période.

Lors de l’avant dernier tour menant vers ce Mondial organisé en Argentine, le Maroc et la Tunisie avaient terminé les matches « ller» au stade Père Jégo  et celui du «retour» au terrain Al Menzeh à Tunis sur le même score de (1-1) avant que les tirs au but ne donnent l’avantage aux Aigles de Carthage et leur grand gardien Attouga qui avait pu maitriser deux penalties ratés par Faras et Feu Petchou.

C’était vraiment dommage pour les Lions de l’Atlas qui furent les premiers de l’Afrique à se qualifier pour la Coupe du Monde 1970 au Mexique suite aux éliminatoires officielles, après l’Egypte choisie par la FIFA en 1934 et sans passer par le traditionnel tournoi préliminaire.

Le Maroc qui frôla, par la suite, la qualification au Mondial à deux reprises en 1974 pour cause d’un arbitrage scandaleux ayant offert l’avantage au Zaïre, seul pays africain qualifié à l’époque, et en 1982 devant le Cameroun qualifié en compagnie de l’Algérie (2 pays du Continent en Coupe du Monde pour la première fois), allait entre temps retrouver sa place en compétition de la CAN. Même si c’était entre succès et malchances, car après la gloire du sacre mérité en 1976, et la tempête sévère du  premier tour en 1978, les Lions de l’Atlas allaient rebondir en CAN 1980 en terminant sur la 3e place du podium. Ce qui avait constitué, à l’époque, la seconde meilleure performance pour le Maroc en CAN.

Rachid Lebchir

Related posts

*

*

Top