Agadir, à l’aune de génération de réformes!

Vendredi dernier, on eut droit à des prestances qui réchauffaient le cœur, de bout en bout. En fait, à la grande salle de la Wilaya d’Agadir, en présence d’une pléiade de responsables de la ville, toutes compétences réunies, s’égrenait à souhait pour soumettre à l’assistance l’état d’avancement de la tâche respective dont tout un chacun avait en charge.

Ce fut un moment de décortication de la besogne assignée mais aussi une exultation d’allégresse qui emplissait tout feu tout flamme, les sensations de l’audience obnubilée. Franchement, la cadence soutenue de l’œuvre de booster une métropole de fond en comble, allait crescendo et suscitait un réel sentiment d’orgueil, après une longue période de vaches maigres.

Dans la salle de la troisième réunion du comité de pilotage du Programme de Développement Urbain ( PDU), je disais à un député qui s’est trouvé assis à mes côtés, tout en respectant la distanciation requise, comme tout le monde d’ailleurs : «Dis-moi, cher ami, c’est vrai que toutes ces merveilles qui défilent sous nos yeux, verront le jour en fin 2024, c’est trop beau pour y croire ?».

Mon voisin qui est en même temps, conseiller à la commune territoriale d’Agadir, l’un des bailleurs de fonds au tiers de cette entreprise exquise, se penchait vers moi et me rétorquait d’un air on ne peut plus affirmatif : «Il n’y a absolument nul doute car le fonds est disponible, la volonté ne fait pas le moindre relâchement et la synergie est de mise pour cette opération dont la sollicitude Royale ne faillit guère !».

Ces vives déclarations de quelqu’un de la maison qui me murmurait que ce grand projet serait, en fin de mandat, à plus de 120% de ce qui est prévu, puisque de tas de volets allaient surgir, chemin faisant. Au fait, moi qui ai vécu la «contre-performance » de la ville martyr, émaillant le désir de bien faire, sans grande réussite malheureusement, me trouvai fort rassuré et non moins emballé, de voir enfin déferler à l’écran, ces certitudes en chiffres et en délais d’exécution.

Il n’y aurait à coup sûr, pas d’équivoque, cette fois-ci, car on s’y met corps et âme, pour de bon, en vue de mettre la ville sur la sommité cosmopolitaine. Et lorsque le président du conseil régional de Souss Massa rappelait que le privé suivait avec un civisme hors pair cette dynamique, à l’image de se qui s’accomplit à l’univers d’Agadir Bay, on ne peut se douter de cette symbiose public/privé qui fonde un beau conglomérat constructif vers une métropole satellitaire de forte notoriété à la fois nationale et planétaire.

On saluera donc avec ferveur,  cette communion collégiale qui se tisse autour de cet entrain Royal et qui fera sensation dans un proche avenir!

Related posts

*

*

Top