BMCE Capital Research: près de 40 MMDH de masse bénéficiaire en 2017

BMCE Capital Researcha livré ses prévisions pour les sociétés cotées pour 2017 et 2018. Les analystes de la banque d’affaires s’attendent à une croissance de plus de 10% de la capacité bénéficiaire du marché en 2017 à 30,7 milliards de DH et à une consolidation en 2018 avec une hausse de 5,9% à 32,5 milliards de DH.

En effet, les principaux secteurs couverts par la banque d’affaires devraient enregistrer une bonne performance. A l’exception, l’activité matériaux de constructions négativement impactée par la morosité du secteur BTP en raison notamment du report du vote de la Loi de Finances 2017 ayant induit un gel des investissements publics et du secteur portuaire devant être affecté par la non-récurrence du contexte favorable de 2016 marqué par la hausse du trafic céréalier à l’import. C’est ainsi que les analystes financiers tablent sur un renforcement de 4,1% à 217,2 milliards de DH du chiffre d’affaires prévisionnel du marché en 2017.

Dans une moindre mesure, les réalisations opérationnelles des valeurs couvertes devraient enregistrer une progression de 3,9% à 60,7 milliards de DH au terme de l’exercice 2017. Cette estimation s’explique par la hausse attendue des coûts énergétiques (électricité et pétrole), devant impacter les industries énergivores et les sociétés de transport, l’alourdissement du poids des amortissements faisant suite aux investissements importants concrétisés vers le deuxième semestre 2016, notamment par les opérateurs portuaires et de télécommunications, et la dégradation des marges opérationnelles des assurances combinées à un ralentissement de la croissance du résultat financier global du fait de la non-récurrence de la performance Action exceptionnelle de 2016.

Dans cette logique, la capacité bénéficiaire attendue au titre de l’exercice 2017 devrait ressortir en progression de 10,1% par rapport à fin 2016 ; à 30,7 milliards de DH prenant en compte la non-récurrence de plusieurs éléments ayant impacté 2016 comme les redressements fiscaux,,particulièrement ceux dont le décaissement a été annoncé en 2016, estimés à plus de 500 millions de DH et la baisse des charges d’intérêts dans le sillage de la réduction de la dette nette globale dont le niveau ressort en repli de 11,1% en 2017 et de 2,3% en 2018 ainsi que la renégociation, a priori favorable, des taux d’intérêts.

Par ailleurs, hors élément exceptionnel et extraordinaire, la masse de dividendes de l’ensemble des sociétés cotées devrait s’apprécier respectivement de 1,5% à 20,8 milliards de DH en 2017 et 2,9% en 2018 pour atteindre 21,4 milliards de DH.

K. Khennach

Related posts

*

*

Top