La canicule est dans le coin!

A en croire les prévisions météorologiques, la chaleur pointe du nez. L’imminence caniculaire n’est plus qu’au tournant de la rue. Un chergui, dit-on, qui sévirait en particulier dans les zones à climat continental. En ces périodes estivales à forte aridité où les précipitations se raréfient, des localités montagneuses, sinueuses et accidentées, notamment de la préfecture d’Agadir Ida Outanane, environ une dizaine de communes rurales, vivent le calvaire des températures torrides.

La pénurie des ressources hydriques qui étouffent ces régions en manque de cette denrée vitale, amoindrit aussi bien la nappe phréatique au bas de l’échelle que les stocks d’eaux qu’on appelle communément «Metfia» ou encore en langage du terroir «Ifraden». Cette situation préoccupante incite les populations à réfléchir sur les mesures à entreprendre pour se procurer cette matière vitale, afin de se préserver et sauver leur cheptel. Le phénomène de sécheresse revêt, en effet, un caractère extrêmement pressant, du fait que la disette d’eau devient de plus en plus accablante pour des populations souffrantes de la «malédiction» de la nature qui leur tourne atrocement le dos.

Cet état de fait interpelle, sans aucun doute, les responsables, pour qu’ils réagissent, le plus tôt possible, de peur de vivre le drame d’il y a quelques années où les citoyens, en manque d’eau, se sont précipités dans les quartiers périurbains pour s’y entasser, occasionnant un effroyable exode rural massif, d’une part, et un gros flux démographique vers les villes, en particulier Agadir et Inezgane, ce qui a généré des phénomènes sociaux insoutenables, d’autre part.

A cet égard, des communes considérées, en fait, comme les zones les plus touchées par la sécheresse, vivent cette situation inquiétante, depuis que les approvisionnements en eau commencent à se puiser dangereusement, au point de se trouver au bord d’une réelle catastrophe. Dans le même contexte, les moyens logistiques en citernes et engins, très limités, ne peuvent pas combler toutes les attentes des habitants éparpillés dans une kyrielle de douars disparates, d’autant plus que le carburant pour faire fonctionner ces véhicules, fait défaut au niveau des collectivités à faibles revenus.

Il s’avère donc impératif de subvenir aux besoins insistants de ces citoyens qui endurent le martyr, sur des montagnes à cours d’eau, surtout que les appels ne cessent de s’intensifier. Il est bien certain que des mesures de prévention sont déjà prises dans ces localités reculés, mais, il semble bien que le manque d’eau, causé certes par la sécheresse qui sévit sans relâche dans ces régions, accentue cette situation. Il va falloir donc mettre toute la logistique nécessaire pour faire face à ce fléau en augmentant le nombre de citernes afin qu’elles parviennent à tous les points en détresse. Du coup, il importe également de mettre en place un comité de veille chargé de prévenir les incendies qui découleraient de ces moments de grandes chaleurs…

Related posts

*

*

Top