Le génie des Ultras du football

Le derby casablancais aura fasciné toute la planète, non pas par les acteurs sur l’aire de jeu, mais par les prodiges des gradins. Les tifosis des deux clubs prestigieux de la capitale économique du royaume ont, de bout en bout, crevé l’écran par des airs de sublimité à couper le souffle, en matière de recherche créative.

Des dizaines de milliers de jeunes qui enfantent dans l’enceinte du temple archi-comble que les casablancais préfèrent garder sous le nom mythique de «Donor», des images hallucinantes, en chants et mouvements d’une synchronie abracadabrante. Mieux encore, ces fans de délirants et hystériques s’en vont fouiner aussi dans le patrimoine national ou encore dans les contes de la mythologie grecque, les romans classique des génies de l’école de l’absurde telle la «cantatrice chauve» de Eugène Ionesco…D’autres, encore plus «politisés» vont vociférer les conditions miséreuses des souches déshérité de la société marocaine, dans un refrain et une sonorité époustouflante…

D’où vont-ils dénicher ces splendeurs de l’universalité planétaire ? Qui a rédigé en vers syllabiques de ces poèmes et composé ces musicalités captivantes de main de maître ? Franchement, on s’en trouve sans voix ! Ces jeunes qu’on croyait «profanes» et qu’on considérait comme de simples «mordus» de la balle ronde, sans bagage idéel ne font que démentir la perception qu’on ne finit pas d’avoir à leur égard.

Quoiqu’on puisse dire, cette jeunesse de «Frimija» et «Magana» et certainement leurs pairs dans nombre de stades du pays, notamment à Tanger, Agadir…, est en passe d’asséner des coups cinglants à la «crédulité» des adultes. L’image digne de pittoresques stades du globe tel Maracana au Brésil ou encore Bernabeu en Espagne, fait fondre de fierté tout citoyen marocain, mais aussi d’admiration tout étranger qui vient se dessiner cette prodigalité de la jeunesse marocaine qui passe à la 3D pour mettre en œuvre toute la capacité intelligente et le génie d’une génération.

Merci pour le derby casablancais qui vient encore une fois, de rappeler ce dont la jeunesse marocaine est capable, de rééditer ce dont elle est en mesure d’aller donner de leçons fracassantes d’ouverture et de tolérance, en creusant dans l’histoire et la culture universelle et de faire revivre aux compatriotes les épopées de citoyenneté, en arborant haut et fort l’hymne national et le fanion sacré, mais également de refus contre l’injustice et l’oppression. Tout cela, dans l’harmonie, la cohérence et le génie!

*

*

Top