Le tourisme, un maillon à fortifier!

La présente résurrection qui émaille le tissu de l’économie régionale dans la capitale du Souss, comporterait-t-elle aussi le secteur du tourisme? A dire vrai, par cette vocation distinguée qui avait constamment marqué la station balnéaire, la reviviscence dont les premiers embryons germent à des rythmes soutenues, ne saurait restreindre, en effet, ce volet névralgique.

Or, jusqu’ici, il semble qu’on met le paquet sur les industries, sous toutes leurs formes à caractère matériel, animal et végétal. Le plan d’accélération industrielle pour lequel on prête, à juste titre d’ailleurs, l’intérêt particulièrement accentué, en est l’illustration notoire de cette prééminence, puisqu’il jouit de la sollicitude royale, depuis sa mise sur orbite. Certes, on ne pourrait se montrer réticent face aux investissements qui déferlent aujourd’hui dans ce secteur de grande vitalité. Bien au contraire, on saluera fortement ce sursaut industriel qui agrémente les plateformes des zones en pleine gestation.

En fait, le discours solennel du Souverain à ce propos, à l’occasion de la marche verte, évoquait une globalité pluridisciplinaire du pôle de la région Souss Massa, en le plaçant dans sa position centriste géographique et économique. Compte tenu de cette vision intégrée, il serait inopportun de soustraire la composante du tourisme qui, à coup sûr, constitue une partie prenante de choix de l’économie régionale.

D’autant plus que, à la différence de l’industrie tel qu’entamée à présent, tambours battants quasiment en phase larvaire, alors que le tourisme avait déjà incrusté des fondamentaux, en termes d’expertise et de maturité. Il n’est pas alors permis de se retrouver, dans les années qui viennent, avec une région à double vitesse où le tourisme, naguère florissant, serait le maillon faible de cette métamorphose que prône la plus Haute Autorité du royaume. Il ne fait pratiquement pas de doute que cette constituante de l’économie régionale dont le potentiel à la fois naturel, humain et infrastructurel, ne pouvait nullement être un secret pour personne.

Mais, il n’en demeure pas non plus douteux que les diverses stratégies, mises en place par la politique publique de l’Etat dans ce sens, depuis plus de trois décennies, ont peu intégré la région en question dans ce plan d’action aussi bien à l’échelle d’autres domaines, en général, que du secteur du tourisme, en particulier. Ceci étant, il faut bien dire, sans avoir aucun sentiment de réserve par rapport cette quasi préférence octroyée pour le domaine de l’industrie, que l’abandon au niveau central, que subit la destination de la capitale du Souss est déconcertant.

Dans un souci d’équité en direction des différents secteurs porteurs de la région, il serait loisible d’assimiler le contenu de l’appel Royal, de son entière cosmogonie, de se focaliser pour de bon, au secteur du tourisme, à l’instar de son homologue de l’industrie. Pour ce faire, il va falloir prévaloir fermement les atouts du relèvement de l’industrie du tourisme, à savoir la volonté de la haute sphère, de l’honnêteté de tous les intervenants de la région, le civisme des acteurs de tous les compartiments et surtout le déblocage des investissements publics, à travers des actions prioritaires, ponctuelles, édifiantes et minutieusement orientées et engagées.

Related posts

*

*

Top