Les importations des plantes sous haute surveillance

Bactérie Xylella Fastidiosa

Le contrôle et la vigilance sont de rigueur aujourd’hui face à la menace de la bactérie «Xylella Fastidiosa» qui s’attaque à un très large spectre de végétaux dont principalement l’olivier et les agrumes. L’enjeu pour le  Maroc est capital et déterminant puisque c’est plus d’un millions d’hectares de plantation d’olivier et pas moins de 100 000 hectares d’exploitation des agrumes qui sont en jeu. La bactérie a plusieurs hôtes qui ne touchent pas uniquement les arbres fruitiers ce qui risque de créer un énorme manque à gagner pour l’économie et pour l’agriculture.

Certes la situation actuelle ne présente aucun cas d’affection ou d’atteintes par cette bactérie dangereuse et dévastatrice de plusieurs espèces de plantes et végétaux. L’ONSSA avait appelé dans un communiqué à la vigilance et au contrôle renforcé des importations des plantes de toutes espèces pour maintenir la situation indemne au Maroc. Les craintes sont légitimes  en cette période estivale qui coïncide avec le retour  massif de plusieurs millions de voyageurs de l’étranger (MRE) et de touristes. De l’avis d’un opérateur agronome le risque est assez  important et nécessite une prise en charge sérieuse  car on n’a pas de frontière opaque et que le risque zéro n’existe pas.

Notre interlocuteur rappel, que le pays n’a jamais été à l’abri de ces ravageurs et des mauvaises herbes et que de nouvelles espèces  peuvent rentrées au Maroc malgré la vigilance. Cette bactérie ayant touché les plantes dans plusieurs pays notamment méditerranéens représente une grande menace pour le patrimoine végétal national a indiqué l’ONSSA.  Du coup toute spéculation sur les importations des plantes aux frontières risque d’être fatale pour les différentes cultures agricoles et pour l’économie en général.

Il faut rappeler que le Plan Maroc Vert (PMV) a beaucoup investi pour l’extension des superficies consacrées à l’olivier et aux agrumes. L’extension des superficies des vergers de  l’olive a été portée à plus d’un million d’hectares depuis 2008, année de mise en place du PMV. Les encouragements et les subventions du Plan Maroc Vert ont été élargis aussi aux agrumes dont la superficie a été étendue à plus de 100.000 hectares pour promouvoir et développer l’exportation de ces cultures à l’étranger.

Il faut aussi préciser que l’INRA (l’institut national de recherche agronome) a toujours produits et développés de nouvelles variétés de végétaux de bonnes qualité que les agriculteurs peuvent utilisés localement sans recourir forcément à l’importation de chez l’Italie ou encore l’Espagne. Des variétés jugées résistante et mieux adaptée… Il est peut être temps de donner la priorité à nos produits locaux et de valoriser notre recherche agronomique !!!

Fairouz El Mouden

***

La bactérie Xylella fastidiosa, transmise et véhiculée par des insectes vecteurs, s’attaque à un très large spectre de végétaux: vignes, oliviers, arbres fruitiers (Prunus), agrumes, caféiers, chênes, luzerne, etc. La gravité de ses impacts varie selon la souche, le végétal et l’écosystème concerné.
Aux États-Unis, la bactérie est connue comme l’agent de la maladie de Pierce qui a fortement touché les vignobles californiens à la fin du 19ème siècle. Elle est également responsable de la chlorose variéguée des agrumes au Brésil depuis la fin des années 1980. Depuis 2013, Xylella fastidiosa est responsable du complexe de desséchement rapide de l’olivier (CoDiRO) en Italie (région des Pouilles).
A ce jour, six sous-espèces de Xylella fastidiosa ont été identifiées dans le monde : multiplex, pauca, fastidiosa, sandyi, morus, tashke. Chacune de ces sous-espèces présente un spectre de souches et de plantes hôtes spécifiques.
Bactérie Xylella fastidiosa empêche la plante de s’alimenter en gênant les mouvements de la sèvre brute. Les symptômes de ses manifestations sont peu spécifiques (flétrissement, brûlures foliaires).
Malheureusement, il n’existe pas de moyens curatifs pour lutter contre cette bactérie. La décision européenne, visant à empêcher l’introduction et la propagation de la bactérie sur le territoire, préconise l’arrachage et la destruction des plants contaminés. Source alimagri.

***

«Xylella fastidiosa» est une bactérie nuisible pour plus de 350 espèces végétales (olivier, rosacées à noyau, agrumes, vigne, chênes, etc). C’est une maladie bactérienne fortement épidémique pouvant être transmise par le matériel végétal et par des insectes vecteurs.

*

*

Top