Passer à la vitesse supérieure

Dans le sillage du rapprochement affiché à grandes enjambées, entre le Royaume Uni et son homologue marocain, focalisés plus particulièrement sur le volet du tourisme, on retiendra la disposition du secteur dans notre pays de répondre à cette attente du partenaire britannique.

D’autant plus que ce marché émetteur fort prisé à l’échiquier  planétaire des voyages. Dans ce sens, notre pays s’est constamment lancé à la quête de ce marché porteur, à travers la présence permanente au Salon de Londres (WTM) au renom galactique. Aujourd’hui, le flux du tourisme anglais semble se positionner en bonne posture, mais demeure encore en deçà des aspirations nationales à ce propos compte tenu des atouts indéniables que renferment nos destinations.

Sans doute, cette foire prestigieuse est considérée comme la plus huppée parmi ses semblables, à travers tous les coins du globe. Comme à son accoutumée, le Maroc y élit domicile, chaque année, durant des lustres. Depuis longtemps, la grande messe londonienne s’illumine aux réverbères de la Tamise, avenante et majestueuse.

C’est une occasion de se réunir et de débattre des stratégies à adopter dans ces conjonctures universelles souvent difficiles. La diversité internationale des exposants représente toute une chaîne de valeur de l’industrie des voyages, à une phase où les budgets sont étriqués.

La présence des institutionnels aux côtés des professionnels permet, en fait, de discuter de la situation économique actuelle. Outre le large éventail de l’offre, le WTM de Londres est également leader en tant que fournisseur de connaissances et de savoir. Il organise, à cet effet, le plus important rassemblement du monde qui accueille plus de 10.000 congressistes en provenance de tous les continents de la planète.

En dépit de la crise pandémique qui sévit actuellement dans le monde entier, le Salon WTM est toujours l’occasion pour les acteurs du secteur, les experts du marché des finances, les hôteliers, les voyagistes… de faire part de leurs analyses des problématiques et des panacées pour sortir de la crise du marché des capitaux, et pour les futurologues de faire des prévisions sur le comportement en matière de voyages dans le monde entier ou les futures tendances touristiques.

Dans ces rouages diaboliques, le pavillon Maroc a l’habitude de se démarquer avec beaucoup de métiers, au milieu d’une émulation féroce. Tous les ingrédients typiques sont là pour séduire les marchés en lice qui s’avèrent porteurs: conception visuelle, artisanat, musique aux sons mythiques, aspect vestimentaire attractif, calligraphie arabesque, dégustation exquise où trône le thé à la menthe… sont autant de références saisissantes.

La délégation du Conseil régional du tourisme Souss Massa, comme elle a toujours su faire, s’attelle à drainer le maximum de clientèle et fidéliser d’autres habitués dont le Maroc est la destination de choix.  Le stand marocain, avec ses diversités et ses richesses en termes de sites naturels, d’atypismes culturels, de performances novatrices accrocherait probablement des flux, de plus en plus en ascension.

Cette dynamique qui est en passe de connaître des entrains très prometteurs, dans les années à venir, serait sans nul doute, un leitmotiv de stimulation pour les accords à conclure avec ce pays de haute expertise à plus d’un titre.

Étiquettes ,

Related posts

*

*

Top