Semences certifiées: une large variété, un stock suffisant mais des prix excessifs

L’état de stock des semences certifiées est jugé satisfaisant et les deux tiers des provisions sont entreposés dans les centres de la SONACOS.

Le dernier bilan fait lors de la réunion du Conseil de surveillance de la Société nationale de commercialisation des semences fait état d’un stock de 2,1millions de quintaux.  Néanmoins, la SONACOS reste confrontée à de nombreux défis. Elle est appelée à renforcer ses efforts en matière de compression des charges et de compétitivité, d’amélioration de ses capacités commerciales pour une meilleure accessibilité de ses produits et la diversification de ses activités, essentiellement en commercialisation d’engrais.

Dans un communiqué, le ministère de tutelle revient sur les acquis réalisés dans le secteur semencier qui a joué un rôle important dans l’accompagnement des objectifs du Plan Maroc Vert, notamment en termes d’amélioration de la production et de la qualité.

Il est reconnu aujourd’hui que le profil variétal diversifié disponible au Maroc grâce à la recherche (plus de 50 variétés de blés et d’orge) constitue l’un des principaux leviers pour booster la production nationale, indique Aziz Akhannouch, et d’ajouter que les multiplicateurs marocains ont désormais à leur actif une grande expérience dans la production de semences de bonne qualité.

Toutefois, les professionnels continuent de croire que la recherche de nouvelles variétés de semences est en  deçà de leurs aspirations et des besoins du marché. Certes, le stock disponible est largement suffisant mais le coût ou le prix de vente des semences certifiées est jugé excessivement cher par rapport aux capacités financières des agriculteurs. D’où la sous utilisation des semences certifiées et donc la sous qualité du blé produit localement par rapport à celui importé.

Autre conséquences, le recours massif des minoteries à l’importation de blé jugé de meilleure qualité pour l’usage industrielle par rapport à la  production nationale. La filière céréalière nécessite une nouvelle mise à niveau et plus de priorité dans le cadre du Plan Maroc Vert. La révision de toute la politique agricole est aujourd’hui de mise…

Fairouz El Mouden

Related posts

*

*

Top