Tata: Exhausser le patrimoine immatériel!

Autour de la thématique des politiques culturelles locales, la province de Tata était, tout au long du vendredi dernier, le berceau convivial d’une large rencontre à laquelle ont pris part des chercheurs et des experts de la dualité «patrimoine et développement». Cet important forum de l’une des constituantes marquantes de la région Souss Massa fut également rehaussé par la présence effective du Wali de SM, du président du conseil régional et d’un imposant parterre d’élus,  d’institutionnels et d’associatifs… Sous le signe de: «le patrimoine naturel et culturel à la région Souss Massa : de la préservation à l’expansion!», ce menu comprenait moult ingrédients de haute  teneur cognitive et existentielle d’une contrée, longtemps considérée comme orpheline par rapport à ses homologues plus nanties.

En fait, ce rassemblement d’érudition plurielle et diversifiée, reconnaissait à cette zone recroquevillée, sa singularité en matière de relief, de géographie et d’histoire. Dans son discours introductif, le Wali de la région n’a pas manqué de mettre l’accent sur le parcours de la pluralité culturelle et la richesse de son legs ancestral empreint d’authenticité.

Cette originalité s’érige en maillon nodal de  l’unicité identitaire et en valeur vitale de la stratégie de la culture. L’approche, enchaine-t-il, vise à préserver l’héritage culturel de la nation, valoriser le patrimoine naturel, à consolider sa notoriété et à incruster son image culturelle inédite. Aussi, le colloque constitue une réelle opportunité pour un débat serein et constructif en matière de planification culturelle et de promotion du patrimoine, en tant que fondement de l’essor intégré et global, de l’essence commune et du traitement édifiant, de nature à appuyer et à accompagner ses nouvelles dynamiques.

Ces défis d’envergure nécessitent une forte mobilisation de nombre d’acteurs, notamment les pouvoirs publics, les élus, les institutions et la société civile pour asseoir une vision concertée, soutenir toutes les initiatives judicieuses et novatrices et assurer la convertibilité au niveau des efforts déployés, dans le but de hisser cette ébauche en levier de développement viable et pérenne. En effet, poursuit l’orateur, la sauvegarde et la valorisation du patrimoine régional naturel et culturel, dans le sillage d’un développement socio-économique, sont à même de veiller à sa durabilité, à travers son intégration au service du développement humain, de l’économie sociale et des opportunités de travail en faveur des populations locales, en mettant à profit son offre culturelle, ses particularités patrimoniales et toutes ses expressions artistiques.

Cet exercice instructif et précautionneux permet aussi l’identification de ces ressources inépuisables, par le biais de procédés modernes et facilite l’éducation du goût des résidents et des visiteurs, tout en révélant les caractéristiques, y compris la mise en neuf des produits, au niveau de leur présentation, leur classification et l’enregistrement de leur label.

Enfin, il convient de rappeler, ajoute-t-il, que la région Souss Massa permet des possibilités sans limites, en tant que territoire varié, en particulier en oasis, plaine, montagne, littoral, mer…, qui diversifie les modes de vie, les produits de terroir et les fabrications artisanales. De tout temps, cette région était une passerelle reliant le sud et le nord du royaume, un carrefour d’échange entre les rives du Sahara, de l’Afrique et de l’Europe, un centre spirituel, intellectuel et scientifique sans frontières et enfin, un relai de rencontres et de transitions de vague de migrations qui constituent un tissu démographique du pays et ses prolongements géographiques. Ce speech d’une pertinence avérée a constitué, par la suite une véritable feuille de route pour les séminaristes au cours des multiples communications en plénières, panels et ateliers prévus à cet effet et animés par d’éminents intervenants.

Saoudi El Amalki

Related posts

*

*

Top