Un comportement récidiviste arrogant

Commune rurale d’Aït Melloul

Saoudi El Amalki

On ne comprendra jamais le comportement insensé du vice-président de la commune Aït Melloul relevant de la province Inezgane Aït Melloul ! Tout d’abord, on rappellera que le conseiller communal chargé de l’urbanisme en question, fut récemment limogé, avec son président et un autre collègue de la majorité écrasante lampiste.

Parmi les griefs de leur mise à l’écart, on citera, entre autres, les anomalies fortes saillantes, montées de toutes pièces et qui entachent la justesse d’un lotissement sis au quartier Tamazarte à Aït Melloul. Sans aucune vergogne, ledit adjoint du président évincé, s’est payé le luxe de se mettre en contravention saillante de sa propre villa qu’il est en train d’édifier dans le lotissement précité, déjà en état litigieux.

En effet, le récidiviste entamait la construction de sa bâtisse irrégulière. En conséquence, cet édifice fut aussitôt soumis à un contrôle sur place selon lequel il est dressé un procès verbal révélant des infractions urbanistiques flagrantes.

Or, le mis en cause s’est déjà fait adjuger le permis d’habiter délivré par le premier vice-président  intérimaire, quoique les travaux soient toujours en cours. Il s’est même permis de se faire bénéficier d’une attestation de restauration, alors que l’ordre de démolition fut ordonné, touchant une bonne partie du logement, notamment les escaliers de la cave qu’il amorça bien au-delà de ce qui permis. Pis encore, il se mit à détruire ces malfaçons sans se conformer à la procédure de destruction requise.

C’est en fait, le paroxysme de défiance auquel s’y il s’y met sans scrupule, alors qu’il se trouve déjà en état de flagrance de gestion urbanistique. Non seulement il fait fi aux exigences de ce domaine vital, mais expose également l’état du président actuel en intérim au danger de fraude en termes de signatures erronées. Et dire qu’on attend de ces membres irréfléchis beaucoup plus de décence morales ! Depuis déjà quelques temps, on ne fait que remplir le répertoire communal d’immondices de la même obédience partisane dans le grand d’Agadir.

A suivre cette série de gabegies qui garnit son bilan, on ne saurait se retenir de dénoncer toutes ces conduites sordides de la gestion de certaines communes dont la puanteur nauséeuse empeste la région. En plus, l’arrogance dont ce genre de conseillers fait preuve, défie toutes les lois en vigueur et les règles de commodité auxquelles ils doivent se plier, durant l’exercice de leur mandat. On ne peut alors que déplorer vivement les actes récidivistes de ces conseillers immoraux.

Related posts

*

*

Top