«Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental»

Vient de paraître

«Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental : Approches linguistiques et culturelles» est le titre d’un ouvrage collectif qui vient d’être publié par le «Centre Ataa pour les recherches linguistiques et les systèmes de connaissances» et «les éditions Afaq pour les Etudes, l’Edition et la communication» à Marrakech.

Cet opus de 293 pages aborde le discours de la folie en partant de quatre axes à savoir l’approche littéraire, l’approche linguistique et psychologique, celle sociologique et philosophique et enfin l’approche religieuse et juridique.

Il fait appel à plusieurs disciplines, dont la linguistique, la sociologie, la psychologie, la critique littéraire, le droit, qui se sont avérées complémentaires pour analyser les questions se rapportant au discours de la folie.

«Cette œuvre est indubitablement une valeur scientifique ajoutée, qui enrichit la représentation de la folie et ses discours créateurs dans l’art, la pensée et la littérature », a souligné Dr. Abdellatif Adel dans la préface de ce livre, relevant que dans notre patrimoine, la folie créatrice des poètes amoureux continue de passionner, des poètes qui ont produit une littérature raffinée.

Et de poursuivre que ce livre dépasse de loin la vision pathologique et médicinale d’un sujet excitant qui a besoin d’être exploré et étudié, pour mettre en exergue les aspects de la création humaine riche de la folie, qui traduit des productions innovantes qui transcendent la logique et se libèrent de toute censure.

Cet ouvrage réunit les études scientifiques abordant le discours de la folie dans le patrimoine et la culture arabes pleins de sagesse et de divertissement comme c’est le cas dans les anecdotes d’Al Jahedh, les histoires d’Ibn Abd Rabbih, celles du poète mystique persan Nisaburi, les maqamates de Badii Zamane Al Hamadani et Al Hariri mais aussi, les œuvres littéraires et philosophiques de créateurs représentant la culture occidentale, tels que Friedrich Nietzsche, Gérard de Nerval, Antonin Artaud, qui sont classées dans les cas de « la délinquance/la folie » étant donné que ces créateurs se sont livrés à un délire sans limites dans les émotions, les temps et les espaces, explique-t-on.

Ainsi, cet ouvrage mêle de façon intelligente la culture arabe et la culture occidentale : de même qu’il analyse les cas des poètes amoureux arabes, à l’instar de Kaîs ibn al-Moullawwah et Jamîl Buthayna.

il aborde le cas du philosophe, humaniste et théologien occidental Erasme et son œuvre monumentale « Éloge de la Folie », les célèbres femmes amoureuses « Leila » et « Buthayna » et leurs compères occidentales « Ophélie » et « Iseut », le cas de l’écrivain et philosophe arabe Jebrane Khalil Jebrane et celui du philosophe Michel Foucault.

Le préfacier ne manque pas de souligner que ce livre a tiré profit des cumulations scientifiques sur le discours de la folie dans le patrimoine arabo-islamique et dans les écrits occidentaux.

Une approche de la folie non pas vue comme « extravagance » synonyme d’exclusion mais en tant qu’actes humains qui méritent toute l’attention et qui témoignent de la richesse de la nature humaine, a-t-il conclu.

Étiquettes

Related posts

*

*

Top